« Que veux-tu ? Fleur, beau fruit ou l’oiseau merveilleux ?
- Ami, dit l’enfant grec, dit l’enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles. »

Il n’aura pas fallu moins de trois historiques promenades, mièvrement « festives », pour qu’en ce dimanche des Rameaux le coq chante aux divers contestataires la musique du triple reniement. Pour que, face à la suprême arrogance d’un impopulaire et élu par défaut, les enfants de la « France bien élevée » réclament, enfin, leur lot de « poudre et de balles ». Ça commence à faire viril, ce qui, excusez du peu, est tout de même le minimum syndical lorsqu’on prétend lutter contre la dégénérescence de son pays, le prétendu « mariage pour tous » n’étant jamais qu’un symbole, fût-il des plus navrants.

Il fallait être bien naïf, Frigide ou journaliste, pour croire que les centaines de milliers de Français, qui ont d’habitude mieux à faire, pussent battre le pavé pour ne lutter que contre un vulgaire projet sociétal.

Il n’est donc pas étonnant de voir s’embraser ladite « réacosphère » ni d’observer qu’il faut désormais plus qu’une Semaine Sainte frileuse pour calmer ce que l’Hexagone - miraculeusement - compte encore d’âmes ardentes. Nos grandes plumes rivalisent de lyrisme et se rêvent déjà chantres d’un « Printemps français », tandis que certains, parmi ceux qui n’ont pas tout oublié de l’Histoire de France, aimeraient bien nous rejouer février 1934.

Dame Barjot promet de nouveaux rendez-vous. Remercions-la doublement. D’abord, parce qu’elle ne baisse pas les bras et qu’elle a réussi l’extraordinaire pari de mobiliser au-delà des clivages et des espérances. Ensuite, parce que les occasions de tâter de la matraque et de la lacrymo sont trop tordantes et rares pour qu’on les laisse passer.

On prendra donc soin, lors de ces prochaines « grandes manœuvres », de s’y rendre habillés comme pour la parade, d’abandonner les slogans débiles au profit de mâles « En avant, tout est vôtre ! », « Montjoye, Saint Michel, Saint Denis ! » ou « Courage, on les aura ! », de laisser les poussettes et les lardons qui vont dedans chez mémé en province, de sortir de bonnes vielles oriflammes en remplacement des « drapinous » roses de rigueur et de cantonner à l’arrière-garde les plus de quarante ans ainsi que les bateleurs à écharpes du Copé, tous ceux dont les ficelles commencent à nous peser légèrement sur les nerfs – que nous avons très fragiles, par ailleurs. Ils auront tout loisir, au calme mais pas trop, de réaliser de belles interviews pour les directs de BFM ou d’i>Télé

Puis, la fête finie, les lois votées, nous retournerons sur nos terres en Chouans rassasiés, nous souvenant qu’à la différence de ces pauvres hères, 2014 et 2017 nous livreront cinq occasions de voter et d’asseoir enfin par le vote une autre voie sur le trône, celle de la France retrouvée.

30 mars 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.