Certes, le sondage IFOP-Fiducial, commandé par Le Figaro et Sud Radio, sur les intentions de vote des Français aux prochaines élections européennes n’est qu’une enquête d’opinion parmi d’autres. Sans négliger le fait que nous sommes encore à huit mois de ce scrutin. Il n’empêche que lorsque les sondages se suivent et se ressemblent, ils finissent par donner des lignes de force et des tendances lourdes.

Lesquelles sont, évidemment, en faveur de la liste du Rassemblement national menée par Jordan Bardella, président de ce parti. Ainsi ce dernier est-il désormais crédité de 28 % d’intentions de vote, contre seulement 20 % à son adversaire de Renaissance, dont le nom n’a pas encore été rendu officiel : Thomas Séjourné, son patron, ou Thierry Breton, actuel commissaire européen au Marché intérieur.

Pour mesurer le chemin parcouru, il suffit de se reporter aux résultats du millésime 2019, avec un Jordan Bardella (23,34 %) coiffant d’une courte tête sa rivale macroniste, l’impayable Nathalie Loiseau (22,42 %). Nous passerions donc, aujourd’hui, d’un écart de 0,92 % à 8 %, ce qui n’est pas rien.

Même électoralement dispersée, la gauche résiste

De son côté, l’autodissolution de la NUPES donne les résultats qu’on pouvait attendre. LFI, PS et EELV se partagent les miettes du gâteau avec, respectivement, 9 % pour Manon Aubry, encore 9 % pour Raphaël Glucksmann et toujours 9 % pour Marie Toussaint. De son côté, le PCF, avec un certain Léon Deffontaines (inconnu gagnant probablement à être connu), pourrait au moins tutoyer la barrière des 5 % fatidiques, seuil au-delà duquel une liste obtient des élus. Là, rien de bien inédit. La gauche représente toujours un fort potentiel électoral, en France. Soit un gros tiers des électeurs, fonds de commerce assez équitablement réparti en quatre sensibilités - gauchiste, socialiste, écologiste et communiste - plus douées pour se faire la guerre que de s’entendre.

LR/Reconquête : le match nul…

De l’autre côté de l’échiquier politique, la liste des Républicains, conduite par François-Xavier Bellamy, stagnerait toujours à 8 %, tandis que celle de Reconquête, menée par Marion Maréchal, plafonnerait à 6 %. Des résultats qui leur étaient déjà promis à la fin de l’été. Là, pas de dynamique, à la hausse comme à la baisse. Ce qui est parfaitement logique, ces deux personnalités se disputant le même créneau électoral, celui de la droite libérale et conservatrice. Lequel pèse dans les 12 %. Soit plus une force d’appoint qu’une force motrice.

À ce titre, le parti d’Éric Zemmour, qui ambitionnait naguère de remplacer le Rassemblement national, se trouve désormais contraint de jouer en deuxième division ; histoire de savoir qui, de lui ou des LR, sera le vainqueur au pays des vaincus. Bref, c’est un fauteuil pour deux.

En revanche, ces sondages paraissent valider les analyses politiques de Marine Le Pen, ayant théorisé un affrontement entre blocs populaire et élitaire, tandis que d’autres en appelaient à une introuvable union des droites.

Le RN investit toutes les couches de la société

Et c’est en allant dans le détail qu’on comprend mieux l’irrésistible ascension de Jordan Bardella, presque aussi populaire chez les femmes (27 %) que les hommes (30 %). C’est évidemment chez les jeunes générations qu’il est le mieux représenté : 32 % chez les moins de 35 ans, 36 % chez les 35-49 ans. Mais chez les plus anciens, il attire néanmoins 30 % des 50-64 ans et 18 % des 65 ans et plus. De même, si Jordan Bardella est plébiscité par les artisans et les commerçants (52 %), il séduit encore 26 % des catégories socialement supérieures ; ce qui n’est pas négligeable.

De manière plus étonnante - comme quoi Marine Le Pen n’est pas que « prisonnière de son ghetto d’ouvriers et de chômeurs », tel qu’affirmé par Éric Zemmour lors de la dernière campagne présidentielle -, le président du RN est plus populaire chez les chefs d’entreprise (38 %) que chez les salariés (32 %) et les chômeurs (35 %). Sans surprise, c’est évidemment dans la France périphérique que le lepénisme demeure le plus populaire : 40 % dans les communes rurales, contre seulement 19 % dans les agglomérations parisiennes.

Là encore, quand le vote macroniste est circonscrit dans les zones urbaines qui profitent de la mondialisation, (tout comme celui de LR et de Reconquête), celui du RN n’en finit plus de monopoliser cette autre France, pour qui cette même mondialisation fait plus figure de malédiction que de bénédiction. Cette dernière est démographiquement largement majoritaire. Il ne lui reste plus qu’à le devenir dans les urnes. Mais s’il parvenait à franchir la barrière symbolique des 30 %, le RN ne serait plus un simple parti de protestation ou d’opposition, mais une véritable force de gouvernement.

8334 vues

18 octobre 2023 à 18:06

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Moi, je voterai, comme la dernière fois pour François-Xavier Bellamy.
    Non pas parce qu’il est LR, ce qui le défavorise dans mon cas.
    Mais je n’aime pas les gens qui ne savent que bien parler comme Z, et je trouve que MLP tourne beaucoup trop à gauche.
    Certes, Jordan Bardella me parait mieux, mais j’ai des doutes sur le fait que ce ne soit pas MLP qui tire les ficelles par derrière.

  2. Les événements actuels, influeront singulièrement sur le vote des français. Attendons de voir la suite de ces événements. Les français sont des « veaux » et leur vote sera en fonction de l’actualité qui pourrait mettre en jeux leur petit confort. Donc je reste très prudent sur les sondages qui ne représentent que des intentions à un instant T.

  3. Je m’tonne que Renaissance fasse encore 20 %. Je cherche minutieusement autour de moi des gens qui voteraient encore pour ce parti, mais en vain …. Quant au succès du RN, je parierais que le PNF, ou autre police politique impartiale, trouvera des poux dans la tête de ce parti quelques semaines avant les élections. On a l’habitude dans ce pays : rappelez-vous la réactivité de ces instances impartiales pour s’occuper de Fillon !

    1. Je suis bien d’accord avec vous.
      OK il peut y avoir des différences entre désaccord sur tel ou tel point, mais la déception l’emporte dans la majorité des cas, et ce n’est pas LR ou ex PS qui en retire les bénéfices.

  4. Tout le ingrédients sont réunis pour la disparition de la gauche mais voilà la gauche tiens essentiellement grâce au votre de Français issus de l’migration qui voteront toujours à gauche et voir affaiblissement de la gauche malgré tout c’est l’identique en temps qu’il faut pour que le RN ne soit plus considéré comme un parti extrémiste de droite.

  5. On peut ajouter que si 32% des moins de 35 ans ont l’intention de voter pour la liste du RN, 4% d’entre eux seulement préférent celle de Reconquête. L’idée selon laquelle Reconquête mobilise les jeunes est donc fausse. Il existe une petite minorité très militante de jeunes catholiques conservateurs mais au-delà de cette minorité, il n’y a qu’un faible électorat partageant leurs convictions. Ceci est vrai aussi pour la liste LR qui ne recueillerait que 3% des moins de 35 ans. LR et Reconquête ont des électorats âgés ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir. Notons aussi, que, comme tous les sondages et scrutins précédents l’ont déjà montré, les partis dits de droite (mais le RN est-il de droite ? Non, si l’on en croit Marine Le Pen) n’obtiennent pas de majorité (45% mais 40% seulement chez les moins de 35 ans). L’idée selon laquelle la France est majoritairement de droite n’a aucun fondement. Le refus de l’immigration et la volonté de rétablir la sécurité des personnes et des biens collectifs et privés sont majoritaires mais on peut partager ces points de vue tout en étant agnostique et opposé au libéralisme économique. 50 % des électeurs de la France Insoumise sont opposés à l’immigration. Ce qui ressort de ces chiffres, c’est que la stratégie et le positionnement politique de Marine Le Pen sont en phase avec les attentes de très nombreux Français tandis que le conservatisme libéral et catholique de Reconquête ne séduit qu’une petite minorité.

  6. Ce qui est dramatique, c’est que l’ancienne « gauche » et les écolos représentent encore près de 30% de l’électorat : même s’ils rassemblent les issus de l’immigration et les bobos de villes, de larges couches populaire leur font confiance et se sabordent par la même occasion. Le Zemmour est hors jeu, il n’aura aucun élu aux européennes, il ne sert qu’à affaiblir le camp « populiste », il serait temps qu’on le dénonce et qu’on se rassemble tous derrière Bardella en 2014 puis MLP.

  7. La question de l’immigration sera centrale aux Européennes. Mais aussi les contraintes de l’UE. La corruption dénoncée et avérée, l’influence délétère des lobbies. La faiblesse et l’impuissance de l’UE que les électeurs rendent responsable de tous nos maux. Vous ne mesurez pas assez la détestation de cette UE dans vos sondages. Pour peu que les attentats se poursuivent hélas le score de Bardella dépassera les 30%.

    1. L’immigration peut être ! Mais il n’y a pas que la France qui vote, et certains pays et population y verront également leur intérêt financier.

  8. « … un affrontement entre blocs populaire et élitaire » : tiens tiens… On y vient, tout doucement. Il est notable que le parti qui monte (RN) soit celui, comme par hasard, qui commence à bien se positionner. Pourquoi les autres partis républicains continuent-ils à jouer les inconscients ?

    1. Si Reconquête n’a pas le même succès c’est qu’elle ne répond pas aux attentes des plus nombreux, c’est à dire des moins riches. Reconquête est un parti libéral, qui idolâtre les milliardaires, tandis que le RN est un parti populaire qui se préoccupe du sort des moins riches. Or, ces derniers sont de très loin les plus nombreux. Les Français n’aiment ni les libéraux ni les conservateurs (3% de Français se définissent comme libéraux et 1% comme conservateurs); Reconquête a choisi une ligne politique libérale-conservatrice qui ne peut avoir de succès.

      1. Exactement et cette hauteur incarnée par Marion Maréchal, je préfère de beaucoup Eric Zemmour plus enclin à l’émotion positive que ce glacon pas attirant du tout… La meilleure Marine L.P !!!

    2. Il est surtout regrettable que RN et Reconquête ! ne s’allient pas sur un programme commun. Ils feraient un vrai carton !

      1. J e suis d accord avec vous mais ces deux la veulent tirer la couverture pour eux. Si la droite nationale n ‘est pas vainqueur aux élections européennes faute d alliance je déchire ma carte d électeur.

      2. On imagine mal que le Rassemblement national traine un épouvantail à électeurs comme Zemmour quand il a dix-huit millions d’électeurs à rassembler pour nous débarrasser de la Macronie.

  9. Tout faire pour déloger ceux qui depuis plus de 40 ans détruisent ce pays . Pour cela il faudrait une union entre ces partis qui prétendent vouloir sauver ce pays , qu’ils nous le prouvent par une alliance intelligente . Il y a urgence .

    1. tout à fait Yolande j’en suis entièrement convaincu depuis longtemps !! , mais le français qui connait tout ne serait il pas sot devant les urnes ???

    2. macron, mélenchon, LR’ (c’est un pléonasme ce sont les mêmes que macron), et tous les autres sont également pour sauver le pays, suffit de regarder leur action pour comprendre !

    3. J e suis d accord avec vous mais ces deux la veulent tirer la couverture pour eux. Si la droite nationale n ‘est pas vainqueur aux élections européennes faute d alliance je déchire ma carte d électeur.
      ils sont stupides et je me demande si le peuple les intéresses

  10. Les gauchistes (Renaissance compris) sont à 52%. 94% des français sont prêts à voter pour une liste pro UE… Je ne vois aucun motif de satisfaction. Je suis même très inquiets car les français valident tout ce qu’ils subissent. Philippe Pascot  : « Le système travaille contre le peuple, mais avec son consentement ». C’est toujours aussi vrai et ce sondage montre qu’il n’y a plus rien à faire quand le malade ne veut même plus se soigner (sans doute le confort d’être alité).

  11. Ce qui est étonnant est que les forces de gauche toutes confondues totaliseraient 27 % des votes. À croire que certains Français font un déni de la réalité, de la situation et de sa gravité ; les attentats en France et en Israël ne leur auraient pas dessillé les yeux, ils ne feraient pas toujours la relation entre l’immigration et la croissance du terrorisme. Ils semblent arcboutés sur une idéologie mortifère : « tout le monde, il est beau, tout le monde, il est gentil ». Les marchands de bougies et de nounours vont continuer à faire des bénéfices.

  12. Il faut dire que entre l’extrémisme de lfi, des écolos et la tiédeur des autres partis , le choix est vite fait …

Les commentaires sont fermés.