Devant la recrudescence des actes terroristes, nos dirigeants, qui ne gouvernent plus, mais se contentent de (mal) nous administrer, s’évertuent à trouver les « éléments de langage » qui soient en mesure de cacher la poussière sous le tapis.

Quand, confronté à un acte terroriste qui n’est pas en mesure d’être interprété comme acte d’un « déséquilibré », et que l’on découvre, de surcroît, que les auteurs sont fichés et suivis par la DGSI, le pouvoir décide de jouer l’incompréhension face au basculement inexplicable de ces « gentils garçons ».

Petit florilège, loin d’être exhaustif :
– Merah : « C’était quelqu’un de généreux, calme, très gentil. »
Bilan : 7 morts, 6 blessés.
– Nemmouche : « Quelqu’un de gentil, d’intelligent, serviable, poli. »
Bilan : 4 morts.
– Les Kouachi : « Des gamins inoffensifs », selon l’éducateur Patrick Fournier, qui a « du mal à imaginer que ces gamins, qui ont été parfaitement intégrés, puissent comme ça délibérément tuer ».
Bilan : 12 morts, 11 blessés.
– Coulibaly : « Un homme gentil », disent les anciennes clientes de son club de fitness, « en qui elles avaient confiance ».
Bilan : 5 morts, 10 blessés.
– Sid Ahmed Ghlam : « « Il est serviable, il est gentil. »
Bilan : 1 mort.
– Yassin Salhi : son épouse, au micro de RTL, l’assure : « Nous sommes des musulmans normaux. »
Bilan : 1 mort, premier égorgé-décapité sur le territoire français.
 
Si l’on comprend bien, sept garçons « gentils, généreux, serviables » ont tué trente innocents. Énigme, pour certains. J’avancerai timidement que tous ont tué au nom d’Allah… Certes, mais, va-t-on me rétorquer, étaient-ils pour autant des clones des barbares de Daech, portant barbes fournies, treillis et couteau de boucher à la ceinture ? Non.

Non, et c’est bien pire. Comme le rappelle l’épouse de Salhi : em> »Nous sommes des musulmans normaux. »

Gentils, serviables, souriants, « normaux ». Jusqu’au jour où, sans prévenir, ils sortent le poignard et la kalachnikov…

Les musulmans de France, nous dit-on, sont pacifiques. Donc normaux. Or, si même au cœur de cette communauté il ne se trouve que 0,1 % de Merah ou Kouachi, cela constitue une de plusieurs milliers de « loups solitaires ». Quand on sait l’état d’affolement provoqué par les trois assassins du mois de janvier, qui avaient mobilisé toutes les forces de police, on se demande ce qu’il adviendrait si seulement une vingtaine décidaient d’opérer au même moment… M. Cazeneuve laissera peut-être échapper un sanglot ?

Il existe un principe fort prisé, notamment dans l’industrie agro-alimentaire, qui s’appelle la précaution. Or, manifestement, ce qui est bon pour le poulet ou les céréales ne l’est pas pour la nationale. Au moment où le nouveau « califat » étend ses frontières, au moment où la pression migratoire transforme la Méditerranée en autoroute pour le Camp des saints, l’État s’empresse… de ne rien faire. Pas de fermeture de mosquée salafiste, pas de déchéance de nationalité, pas d’expulsion, pas d’arrestation préventive…
 
On sait. On voit. Et on attend, selon les termes de Daech, « que les rues de soient remplies de cadavres » »…

25 juillet 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.