Sœur Sophie sera présente à la cérémonie du 14 Juillet à Paris pour représenter sa communauté, les petites sœurs de la Consolation du Sacré-Cœur et de la Sainte Face, de Draguignan (Var), à l’invitation du président de la République. Cette communauté a cousu plus de 15.000 masques sanitaires. Elle témoigne au micro de Boulevard Voltaire.

Vous êtes religieuse et vous allez défiler demain pour le 14 Juillet. Ce défilé sera particulier, car il mettra tous les personnels soignants en première ligne qui ont agi pendant l’épidémie de Covid-19. Pourquoi serez-vous présente ?

Je vais représenter la communauté des petites sœurs de la consolation du Sacré-Cœur et de la Sainte Face. Pendant le confinement, nous avons confectionné en communauté 15.000 masques. C’était vraiment un travail de solidarité qui nous a permis de soutenir tout le monde sans distinction comme l’a toujours fait l’Église depuis 2.000 ans. Elle a toujours été sur le terrain de l’action directe pour aider les personnes. Saint Vincent de Paul envoyait ses sœurs pour aider tout le monde dans les moments difficiles. Il nous a semblé que l’Église catholique devait être présente dans ce moment extrêmement difficile pour la population.

Pour nous, ce travail a été à la fois la confection de masques, mais aussi une prière intense. Toutes les sœurs qui ne pouvaient pas être présentes à la confection, parce qu’elles étaient à l’office ou à l’adoration, continuaient à prier le grand office pour le monde entier. C’est aussi une façon de prier pour être vraiment présentes dans la souffrance des hommes. Nous sommes présentes dans leur joie, dans leur souffrance et dans leur vie quotidienne. Nous avons répondu à l’appel du maire qui est venu nous demander de faire des masques. Nous avons rapidement dit oui et nous nous sommes mises au travail tout de suite.

Est-ce le maire de Draguignan qui vous a fait cette demande ?

Dès le lendemain de son élection, le maire de Draguignan est venu en nous disant « Si je vous apporte un modèle de , seriez-vous d’accord pour en fabriquer ? »

Il a été élu le dimanche, il est venu nous voir le lundi et le mercredi 19 mars, jour de la fête de Saint-Joseph, il est venu nous apporter un prototype mis au point par un épidémiologiste. Dès le mercredi après-midi, nous fabriquions des masques. La mairie les a distribués et ensuite nous en avons envoyé un peu partout.

Pour l’univers politique, les religieuses sont cloîtrées et coupées du monde. Pourquoi cet intérêt pour le monde laïc ?

Nous sommes moniales missionnaires. Pour les personnes qui ne savent pas ce qu’est une religieuse, elle est reliée à Jésus par amour pour lui, essayant de lui ressembler et, comme lui, d’aimer Dieu et les hommes. Aimer les hommes fait partie du programme de l’Évangile. Jamais l’Église ne s’est départie de cet amour de charité. Elle a ouvert des orphelinats, des hôpitaux et des écoles.

Il est vrai que certaines religieuses sont cloîtrées et n’ont pas d’œuvres apostoliques, c’est-à-dire d’œuvres extérieures de miséricorde. Elles ont des œuvres de miséricorde, c’est-à-dire de prières et d’intercession.

En revanche, nous, nous sommes moniales du Seigneur. Nous avons donc les deux côtés. Le côté prière sans être cloîtrées et celui de l’apostolat. Montrer notre amour de Dieu par notre amour des hommes fait partie de notre vocation. Jésus a dit « Aimer Dieu et son prochain est un seul et même commandement ».

Depuis 2.000 ans, l’Église est toujours présente sur le terrain de l’humanité. C’est un motif de charité. Dieu aime l’homme. Nous n’aimons pas le péché des hommes, mais nous aimons les hommes.

Je ne sais pas si, demain, je vais défiler. Je crois que je serai dans les gradins comme les 2.000 personnes invitées et sélectionnées. On va nous emmener, demain matin, à 7 heures 30, en car, pour être installées dans ces gradins. Certains seront médaillés. Je me laisse conduire. Je serai présente pour honorer ma patrie qui est la terre des terres. C’est la terre de ceux qui ont donné de leur vie pour que notre pays soit une nation. Je suis heureuse de servir mon pays en étant religieuse et en essayant de vivre un maximum d’amour pour mes frères qui sont en France. Je serai donc très heureuse d’être aux côtés de ceux qui ont donné quelque chose de leur être pour servir les autres.

À lire aussi

Véronique Monguillot : « Les paroles, c’est bien, mais il faut des actes, mais très vite ! Il faut taper du poing sur la table ! »

Témoignage exclusif de l'épouse du chauffeur de bus assassiné à Bayonne …