Traduits en pour répondre de leurs non-agissements, treize scientifiques italiens, géologues et sismologues, n’avaient pas compris qu’ils ne comparaissaient ni comme experts ni comme témoins mais comme accusés, et qu’ils avaient été condamnés bien avant d’être entendus.

Aussi est-ce en vain qu’ils ont tenté de faire admettre par leurs juges qu’il n’est pas possible, dans l’état actuel de la science, de déterminer la date, la forme et l’ampleur des répliques d’un tremblement de terre, que, dans ces conditions, il n’était ni raisonnable ni juste de leur reprocher de ne pas avoir annoncé le jour et l’heure des secousses meurtrières qui suivirent le séisme d’Aquila et que nul n’est tenu de prévoir l’imprévisible. A quoi les juges répliquèrent en condamnant chacun de ces raisonneurs à six ans de prison.

Ah mais…

Ces experts ont bien de la chance de vivre au XXe siècle. Il y a trois mille ans, en Israël, il auraient été proprement lapidés. Sous la République romaine, ils eussent été mis en croix. Au Moyen Age, on les aurait brûlés vifs. Il est toujours réconfortant de constater les progrès de l’humanité.

24 octobre 2012

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.