À la suite d’une requête du syndicat de police Alliance, la municipalité de Stains avait été mise en demeure par le préfet de Seine-Saint-Denis d’effacer le mot « policières » de la fresque peinte en hommage à Adama Traoré et George Floyd et contre les « violences policières » sur un mur de la ville.

La fresque totalement recouverte de peinture grise

Ce vendredi 25 septembre 2020, la fresque controversée n’existe plus. Le mur a été totalement repeint en gris et donc la fresque recouverte, rapporte Actu.fr.

Cette fresque avait été inaugurée, le jeudi 18 juin, en présence du maire Azzédine Taïbi (PCF) et d’, la sœur d’, provoquant l’indignation du syndicat de police Alliance. Lundi 22 juin 2020, ils avaient manifesté devant la préfecture de Bobigny avant qu’une délégation ne soit reçue par le préfet. Ce dernier avait, par la suite, mis en demeure la ville de Stains d’effacer le terme « policières » de la fresque.

Cependant, lors d’un rassemblement à Stains, le 22 juin, Assa Traoré, fondatrice du comité Vérité et justice pour Adama, avait promis, devant ses soutiens, qu’elle ferait « tout pour qu’aucun mot ne soit effacé de la fresque » et précisé qu’« ils reviendraient tous les jours défendre cette fresque s’il le faut ».

« La fresque anti-flic dénoncée par Alliance 93 a été recouverte. L’injonction du préfet de la Seine-Saint-Denis a été enfin entendue par le maire de la commune. Alliance PN ne cédera jamais face à la haine anti-flic », s’est réjoui, sur Twitter, le syndicat Alliance.

26 septembre 2020

À lire aussi

Islamisme : 800 incidents déclarés dans les établissements scolaires, dont des menaces de mort contre les enseignants et des apologies du terrorisme

 Ces « incidents » vont de simples refus de rendre hommage, provocations et perturbations …