Culture - Editoriaux - Politique - 12 décembre 2014

Sébastien Chenu : comme un ouragay sur le FN !

La petite phrase de Marine Le Pen « comprenant » les méthodes musclées de la CIA était à peine éteinte qu’une nouvelle polémique a déferlé jeudi sur le FN. Facebook, toute la réacosphère sentit soudain le napalm se répandre sur sa peau numérique : , ancien secrétaire national de l’UMP et fondateur de GayLib faisait son coming out et rejoignait le RBM ! Limite plus dingue que Yannick Noah conseiller municipal pro-Ménard à Béziers.

« Encore un gay bordel », maugréaient des centaines de mauvaises langues sur les forums. Il faut dire que sur ce coup-là, Marine Le Pen joue gros. Parce que le Chenu est non seulement gay, et ça on s’en fout un peu, mais il le revendique et milite pour la cause libérale-libertaire. C’est ça qui ne colle plus du tout aux yeux d’une partie des militants du « 1er parti de France » qui ont, rappelons-le, porté la conservatrice Marion à la première place du congrès de Lyon. La question se pose en effet : peut-on discourir sur les dangers du communautarisme et recruter en tant que « délégué national responsable de la culture » un apôtre de ce même communautarisme ? Peu de temps après la rocambolesque affaire Maxime Buttey, la crédibilité du mouvement va finir par être en jeu…

Un peu bizarre, l’ex-UMP pro-mariage homo a déclaré qu’il n’avait pas voulu rejoindre le FN « qui n’a jamais été [sa] maison » mais veut « un rassemblement autour de Marine Le Pen pour l’amener à l’Élysée ». D’autre part, il ajoute : « Je me sentais de plus en plus fortement en décalage avec l’UMP sur deux sujets. D’abord la question européenne – l’UMP a accepté une soumission totale à l’Europe technocratique – mais aussi sa position sur le mariage homosexuel, consternante. » Marine Le Pen a pourtant dit qu’elle « abrogerait » la loi Taubira…. Vous me direz, Gaylib, ça fait penser à Vélib. On change d’idée ou de vélo au coin de la rue.

De son côté, of course, Gaylib a dit « sa profonde consternation de voir l’un de ses fondateurs rejoindre le RBM et ainsi trahir toutes les valeurs et tous les objectifs politiques qu’il était supposé défendre et notamment la défense des droits des gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels ».

Avec le recul, le cas Chenu est annonciateur de bien des soucis pour le FN. Quand on s’installe durablement dans un néo-tripartisme, quand on commence à avoir des chances de prendre le pouvoir, on prend la barre des 51 % dans la nuque. Et ça fait mal ! De Gaulle, en 58, avait dû rassembler bien au-delà des sincères patriotes. Et on ne parle même pas de juin 40 où, autour du Général, juifs, extrémistes de droite, cathos et athées s’étaient réunis. Il en allait du salut de la patrie.

Finalement, que de nombreux gays, mais aussi des Français d’origine juive et plus généralement des femmes rejoignent actuellement massivement le FN est sociologiquement normal. La montée démographique de l’islam les condamnant à terme à une vie infernale, ont-ils encore le choix ?

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …