Nadine Morano n’a pas voulu « calmer le jeu et reconnaître sa maladresse » ? En réitérant ses propos prononcés à “On n’est pas couché” depuis Moscou et sur 1, « elle a mis de l’huile sur le feu » ? Alors, ils l’ont décidé : ce 7 octobre, Les Républicains lui retireront son investiture aux élections régionales, en Meurthe-et-Moselle.

Une décision dénoncée dans un tweet par l’intéressée comme guère démocratique, la commission nationale d’investiture – dont elle fait partie – ne s’étant pas réunie. Mais l’urgence était d’acter l’éviction car « les positions de Nadine Morano ne sont, aujourd’hui, pas compatibles avec les orientations de son équipe », écrit Philippe Richter, le président du conseil régional d’Alsace. Pire : qualifie les propos de l’une de ses plus fidèles et loyales alliées de « dérapages plus liés à un souci de publicité personnelle qu’à une réflexion approfondie ».

Pauvre Nicolas Sarkozy : il perdrait la mémoire ? Parce qu’il fallait l’entendre, l’impétueux, à Lyon, le 17 mars 2012, rappeler, emphatique, l’existence du mot « race dans le préambule de 1946 », et en clamer toutes les vertus !

(…) Ce mot a été écrit avec le sang, le sang des Français libres, le sang des résistants, le sang des fusillés, le sang des déportés dans les camps d’extermination. […] Je ne laisserai pas effacer ce mot d’un document, qui est un document sacré dans l’Histoire de France !

Il rêve de prendre sa revanche, Nicolas Sarkozy ? En faisant du Hollande ? Et il y croit ? Alors tant mieux, et qu’il continue à singer les socialistes. Parce que passer le prochain quinquennat sous sa présidence à attendre en vain les réformes promises, à l’issue de cinq années « d’avancées » sociétales passées en force et qu’il n’a aucunement l’intention de remettre en question, les ex-sarkozystes, écœurés, se sont rendus à l’évidence : de convictions personnelles, patriotiques, charnelles, il n’en a aucune.

Alain Juppé non plus, d’ailleurs : « Ça n’a aucun sens, c’est même intolérable de dire que la France est un pays de race blanche. » Mais en 2012, lorsque celui qu’il soutenait reconnaissait la « race » avec fougue, il n’avait rien trouvé à y redire. En outre, monsieur Juppé comme monsieur Sarkozy pourraient-ils nous expliquer comment ils comptent s’y prendre avec le « défi du métissage » (que le second envisage même de rendre « obligatoire ») si les races n’existent pas ? Nadine Morano dénonce, d’ailleurs, « un procès en sorcellerie ». Il faut dire que se métisser quand on est tous pareils, ça ressemble bien à un délire de sorcier…

Mais savez-vous quel est le comble de l’hypocrisie chez Les Républicains nouveaux ? Retirer l’investiture de Nadine Morano pour les prochaines élections régionales pour cause de propos « exécrables », mais surtout ne pas l’exclure du parti ! On ne sait jamais…

Nadine Morano n’est pas « de la race des lâches », dit-elle. On ne peut pas dire cela de tout le monde…

À lire aussi

Empathique, Najat Vallaud-Belkacem ? Oui, mais pour Assa Traoré !

L'air inspiré un tantinet autosatisfait, elle dit avoir trouvé « le vrai sujet » à incarne…