Observateurs et sondeurs prévoyaient que la primaire ne prendrait son envol qu’après les régionales. L’enjeu si alléchant d’une présidentielle victorieuse assurée au second tour leur donne tort, l’élection majeure étant devenue consubstantielle de celle de décembre.

Sarkozy, le revenant qui avait juré ne plus revenir, a réuni ses troupes samedi à la Mutualité à afin de valider les listes des régionales. Si la piétaille était là, les généraux à la bataille de la primaire brillaient par leur absence — absence tolérée, unité de façade oblige !

Les principaux empêcheurs de sermonner en rond étaient diplomatiquement ailleurs : Juppé empêché à cause du trafic perturbé à l’aéroport d’Orly, Fillon dépêché à l’île de la Réunion pour y soutenir les candidats locaux, Le Maire déplacé Porte de Versailles pour assister au salon Made in France, NKM extirpée avant discours pour visiter un camp de réfugiés au Liban.

Les chefaillons présents, qui n’eussent point dédaigné être absents, furent donc obligés d’assister à la réunion, étranglés et acculés qu’ils sont dans leur région par le prédateur FN : Bertrand dans le Nord, Estrosi en Paca et Reynié en Languedoc.

Le petit timonier ayant fait à dessein main basse sur le parti, s’évertuait en vain à se faire reconnaître Lider Massimo, poussant le culot de rédiger le programme commun que devaient respecter ses candidats-adversaires. Il vitupérait, gesticulait, vociférait, menaçait, excluait, promettait, exigeait, moralisait.

Hélas pour lui, tous ont bien senti que cela sentait le déjà vu, le déjà entendu, le déjà vécu, un programme réchauffé… On n’en était pas au dessert mais les peaux de banane volaient si bas qu’elles ont atterri sur le podium du parti, comme celui où Juppé et Fillon furent sifflés sous l’œil innocent de leur président et l’espoir inavouable de Bayrou.

La confession de Charles Pasqua à résume admirablement bien l’artiste : “Chez Sarko, le cynisme n’est pas un défaut… c’est sa nature !” Les cocus de 2007 comme moi pourraient ajouter à cynisme : boniment et tartufferie !

11 novembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.