Accueil Editoriaux Sarkozy attaque Buisson en justice : il ferait mieux de lui ériger une statue !
Editoriaux - Justice - Politique - 8 mars 2014

Sarkozy attaque Buisson en justice : il ferait mieux de lui ériger une statue !

Depuis la malheureuse victoire de François Hollande à la présidence de la République, nombres de voix se sont élevées afin de brocarder la stratégie dite « droitière » de Nicolas Sarkozy. À travers ces attaques était visé le conseiller politique du président de la République, M. Patrick Buisson. Ce dernier était considéré comme l’unique responsable de la défaite de la droite. Il en devint le paria, l’homme à abattre. Et encore plus aujourd’hui lorsque sort, par un effet de manche miraculeux, la nouvelle affaire Buisson.

Mais c’est justement la ligne Buisson qui a permis de faire jeu égal avec la gauche ! Si Nicolas Sarkozy n’avait pas adopté cette stratégie, il n’aurait pas été qualifié au second tour. Marine Le Pen aurait ainsi reproduit l’exploit de son père en 2002.

J’entends dire ici et là que la « stigmatisation » des étrangers, des fonctionnaires, des jeunes de banlieue a fait perdre Nicolas Sarkozy. D’abord, le mot « stigmatiser » – nouveau terme à la mode de la gauche bobo – est utilisé à tort et à travers. On ne remplace pas un fonctionnaire sur deux, on stigmatise le service public. On ne démantèle pas un camp rom, on stigmatise un peuple ou une ethnie…

Les Français, justement, ont accusé Nicolas Sarkozy de ne pas assez « stigmatiser » les problèmes, si je puis dire. Et cela, Patrick Buisson l’a très bien compris. Les Français ne veulent pas diviser par deux l’immigration et revenir ainsi au niveau des années Jospin. Non, ils veulent diviser l’immigration par 10. Et c’est ne pas connaître le terrain que d’affirmer le contraire. Les Français veulent que nos gouvernants reviennent aux méthodes anciennes de tolérance zéro contre la délinquance et non aux méthodes très coûteuses de surprévention socialistes. Les Français veulent bien aider les plus faibles d’entre nous mais exècrent les assistés et les tricheurs, et veulent que l’État éradique ces types de comportements.

Cette ligne dure a permis à Nicolas Sarkozy de croire en une victoire possible. Après 40 ans de laisser-aller de gauche comme de droite, les Français veulent revenir à certaines valeurs. Dire le contraire, c’est méconnaître le peuple. C’est être un bourgeois contaminé par le virus bien-pensant de la gauche. C’est aller sur le terrain où les Français ne veulent pas qu’on les conduise.

Aujourd’hui, visiblement, la ligne humaniste tendance progressiste de l’UMP a repris le pouvoir au sein des proches de Nicolas Sarkozy, preuve en est son soutien affiché à NKM lors des municipales parisiennes. Celle-ci souhaite se débarrasser d’une figure gênante afin d’accaparer les meilleures places lors du très probable prochain retour sur la scène politique du président déchu. Cette affaire tombe donc à point nommé.

Malheureusement pour Nicolas Sarkozy, se débarrasser de Patrick Buisson, c’est épouser l’idéologie libérale/libertaire/mondialiste des Juppé, Raffarin et autres, l’idéologie dominante de son quinquennat qui l’a fait perdre en 2012. François Hollande le sait très bien, c’est pourquoi il demande, par la voix de son Premier ministre, une enquête parlementaire et le dépôt d’une plainte au pénal. Car il n’est pas fou ! Avec une droite reprenant les thèmes de la gauche et amputée de la seule personne intelligente au sein de l’équipe de Nicolas Sarkozy, sa réélection en 2017 est assurée !

À lire aussi

L’actuel antisémitisme est le résultat de l’idéologie anti-française !

Commentons les chiffres du CRIF sur le doublement des actes antisémites en 2014. …