Il y a 70 ans, le 15 mars 1943, le premier convoi de juifs grecs quittait Salonique, la capitale de la Grèce du Nord, pour Auschwitz. Ils furent près de 45 000 à connaître le même sort dans les différents camps de concentration où beaucoup d'entre eux périrent. Salonique a voulu leur rendre hommage ce week-end par une marche silencieuse vers la vieille gare d'où partirent les convois de la mort… Un concert, sous la direction de Benjamin Askenazy, avec de nombreux artistes israéliens, a clôturé cette commémoration marquée par l'inauguration d'un mémorial à la mémoire de la Shoah grecque.

À cette occasion, le maire de la ville a tenu à rappeler que les juifs de Salonique avaient été les éléments les plus dynamiques de sa ville, et qu'ils appartenaient à tout jamais à l'histoire de sa cité. Leur implantation remonte à l'Antiquité, mais c'est à la fin du XVe siècle, lors de la Reconquista, que leurs rangs s'étoffèrent avec l'arrivée de nombreux Séfarades chassés d'Espagne. Après la chute de Byzance, les Turcs y regroupèrent les juifs de l'empire ottoman pour repeupler la ville dont la communauté juive allait devenir la plus importante des Balkans. À cet égard, Salonique est la seule ville de la diaspora ayant su conserver une majorité juive pendant plusieurs siècles. Ce fut, à l'époque, la plus importante métropole séfarade du monde, la « Jérusalem des Balkans ». Elle reçut la visite de grands leaders sionistes, Ben Gourion, Ben-Zvi et Jabotinsky qui voyaient en elle la « ville matriarcale au sein du peuple juif » dont devrait s'inspirer le futur État d'Israël. Ce n'est qu'entre les deux dernières guerres qu'une partie de la communauté allait quitter la ville pour l' occidentale, l' du Sud et la Palestine. C'est à cette époque notamment que le grand-père maternel de émigra en France. « Mes racines sont ici » déclara le président en visite en Grèce en juillet 2006 aux représentants de la communauté juive de Salonique.

Les relations entre les Grecs et les juifs de Salonique furent pour le moins contrastées. On ne peut pas dire que les premiers s'apitoyèrent sur le sort des seconds en 1943, ce qui explique sans doute que peu de survivants de l'Holocauste y retournèrent. Au recensement de 1951, on ne dénombra que 1 783 rescapés ayant repris le chemin du retour. La communauté juive de Salonique n'était plus que l'ombre d'elle-même et nombreux furent ses membres qui se convertirent alors à l'orthodoxie.

Quant à leur déportation, le rôle de l'ancien secrétaire général des Nations Unies, Kurt Waldheim, reste aujourd'hui encore controversé. Selon Simon Wiesenthal, l'officier de la Wehrmacht était stationné à 8 km de Salonique en mars 1943 lors de la mise en route des premiers convois. L'Autrichien, élu président de son pays, nia avec obstination y avoir été associé de près ou de loin, comme l'affirmèrent ses détracteurs. Mais la polémique n’était pas de mise ce week-end à Salonique où l’émotion étreignit nombre de visiteurs à la lecture de ce texte de Stavros Kamaroudis sur le petit Salomon venu faire ses adieux, en ce mois de mars 1943, à sa jeune camarade grecque : « Nausicaa, t’as pas des serpentins ? Tu peux pas me les donner, tes serpentins, pour que je les fasse voler par la fenêtre du train ? Ils vont flotter, ça sera beau, hein ? Je te donnerai mon petit coq vert. Et mon petit singe en cristal. Pour te tenir compagnie... En train... T’as déjà pris le train, toi ? »

252 vues

17 mars 2013

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.