La République semblerait parfois manquer d’imagination. En écoutant les incantations de ses tenants, on la pensait pourtant novatrice et moderne dans ses valeurs et ses pratiques.
 
Une gazette locale en ligne rapporte, en effet, en ce mois de juillet, les manifestations de notre fête nationale dans un petit village vauclusien. En illustration de l’article, une photo nous montre un brancard de procession supportant le buste de Marianne, porté par quatre «  républicains » (sic), qui a fait le tour du village suivi par la foule. Il faut l’avouer, la première chose qui m’est venue à l’esprit est une furieuse ressemblance avec une de ces processions un peu désuètes, à la mémoire du saint local, qu’on croise parfois au détour d’une ruelle à l’accent provençal. On imagine sans mal qu’ici, le maire et son écharpe ont tenu lieu de curé et de soutane, la foule scandant des « Je vous salue Marianne », le temps de retourner à la mairie, où les bigotes auront nettoyé la poussière du piédestal.
 
Par mimétisme, la Révolution avait déjà singé le mariage catholique, en inventant un mariage civil. Bien évidemment dépourvu du caractère religieux et sacré, celui-ci n’était plus qu’un contrat civil.
 
Faisant fi du ridicule, les ayatollahs de la République ont, récemment, tenu à inventer un baptême républicain. Comme si on entrait dans la grande communauté des hommes éclairés…
 
Attaqué de toute part par le , les difficultés sociales, la d’, ce qui ne devrait être in fine qu’un régime semble chercher à se raccrocher à des symboliques, des rites et des institutions qui ont balisé la France chrétienne.
 
À quand une apparition ou un miracle de sainte Marianne, succédané de la Vierge Marie ?
 

20 juillet 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.