Dans le n° 1024 de l’hebdomadaire Marianne, les catholiques en ont encore pris pour leur grade, sous la plume fielleuse de , pourfendeuse des familles hétérosexuelles – familles qui, souvenons-nous, font “des enfants tordus, très délinquants”, selon ce porte-drapeau de la cause LGBT !

Son article, intitulé ““Ali Juppé” et saint Sarkozy”, s’attaque ainsi à « l’extrême droite », aux « islamistes », à Sarkozy, à Trump et surtout aux « catholiques », dans un agglomérat informe de récriminations tous azimuts.

Cette pasionaria de la gauche transgenre raille donc ceux qui en appellent à ne pas voter pour Juppé à la primaire de la droite, apparentés quelques lignes plus loin à des trolls, et précisant tout de même : “Entendons-nous bien. Il y a beaucoup à dire sur les naïvetés d’Alain Juppé en matière de lutte contre l’intégrisme, catholique ou musulman.”

À rebours de François Fillon, qui affirmait récemment que les catholiques, entre autres, ne menaçaient pas « l’unité nationale », le parallèle fait par Fourest, en plus d’être malhonnête, ne révélerait-il pas plutôt une rancœur tenace à l’encontre de ces cathos descendus dans la rue pour manifester leur opposition au mariage pour tous ?

Certes, la journaliste de petite vertu morale pointe à juste titre les connivences de Juppé avec l’imam de Bordeaux Tareq Oubrou, mais le poisson qu’elle veut hameçonner, c’est, à travers “saint Sarkozy […] qui a tant fait pour l’UOIF et qui menace sans doute le plus la , l’Église catholique, son leitmotiv obsessionnel. Fourest ne supporte définitivement pas l’idée d’un réveil de l’identité chrétienne.

Toujours à propos de Sarkozy, elle déclare avec véhémence : “Ne parlons pas de son fameux discours de chanoine au Latran, qui épouse totalement la vision revancharde de l’Église envers la séparation… Et place le curé au-dessus de l’instituteur. Une façon de tourner le dos à cent ans de combat pour l’école laïque.”

Parce que l’enseignement hégémonique d’une certaine laïcité, écrasant toute dissidence, serait en danger ? Et quelle revanche vise l’Église, sinon celle de proposer une spiritualité nettement plus compatible avec la République qu’une suite de sourates meurtrières ? Car si le christianisme, à force d’attaques de toute part, disparaît, les hommes iront chercher la foi ailleurs, même la pire. Telle la nature, ces derniers ont horreur du vide, notamment spirituel, et cela remonte à des temps immémoriaux.

L’anticléricalisme expectorant de Caroline Fourest mélange volontairement les genres – sans mauvais jeu de mots ! – en plaçant insidieusement le péril islamique au même niveau que le catholicisme, avec une conclusion de sale gamine colérique : “En réalité, saint Sarkozy est à la laïcité ce que est à la grandeur de l’Amérique. Une farce qui tourne mal. Une imposture.”

Étant entendu que la voix des peuples est une imposture !

En attendant, les trolls vous saluent bien !

20 novembre 2016

À lire aussi

Profanation d’un monument aux morts : l’anti-France en graffitis

La profanation est signée : « Des inscriptions comme “antifrance”, “no border” ou encore “…