Saint Louis et le “respect mutuel des religions” au Moyen-Orient

Lundi 25 août, le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, accompagné de sa jeune épouse Marie-Marguerite, a tenu à fêter le 800e anniversaire de la naissance de Saint Louis, son ancêtre, depuis la ville américaine qui porte son nom dans l’État du Missouri.

Il a profité de cette occasion pour diffuser un communiqué rappelant que le roi louis IX avait été le premier à accorder la protection de la France aux peuples chrétiens d’Orient. “Depuis, de François 1er à Napoléon III, tous les souverains honorèrent cette promesse à laquelle la République ne fut pas insensible.” Et de préciser que la voix de la France n’est plus aussi forte qu’auparavant.

“Nous assistons à une véritable persécution qu’il faut dénoncer comme crime contre l’humanité”, a-t-il affirmé avant de rappeler que les chrétiens d’Orient, qui étaient 1,5 million il y a 30 ans, ne sont plus que 400.000. “Alors que tout doit être fait pour qu’ils restent sur leur terre.”

“La situation des chrétiens d’Orient demande à ce que l’on parle en leur nom”, a-t-il poursuivi. “Le pape François”, a souligné le jeune prince, “l’a fait fermement et courageusement. Des évêques et cardinaux français sont partis sur le terrain pour montrer que les fils de Saint Louis étaient à leur côté… Mais cette présence, ces prières doivent être soutenues et amplifiées. C’est à nous, nations chrétiennes dans un monde plus ou moins préservé, de rappeler qu’il y a des valeurs essentielles avec lesquelles les politiques ne peuvent transiger. Celle de la vie tout d’abord, de la vie respectée de la conception à la mort ; celle, ensuite, d’une société sachant s’élever au-dessus des seuls matérialismes et hédonismes, comme vient de le rappeler encore le pape à Séoul ; celle, enfin, du respect mutuel des religions.”

Le prince Louis insiste : “Cette présence chrétienne dans le cœur du Moyen-Orient est une richesse pour toute l’humanité. Que serait celle-ci si l’uniformité régnait, si l’uniformité de la brutalité régnait ? Le message de Saint Louis encourage à préserver cette richesse. Lui qui savait pardonner à ses ennemis a toujours mis toute son énergie en avant pour que la chrétienté puisse vivre sur la Terre Sainte.”

Et de conclure: “Aîné des descendants de Saint Louis, je lance donc un appel en faveur des chrétiens du Moyen-Orient afin que la paix leur soit donnée, afin qu’ils puissent vivre sur leur terre et continuer à témoigner qu’au-delà de la violence des hommes, il y a place pour la charité, la justice et le droit. C’est cela, la paix de Dieu. Le message malgré les siècles demeure.”

Louis XX a achevé son communiqué par une prière adressée à Dieu, par l’intercession de son ancêtre en sa fête du 25 août. Une prière pour redonner sens à la vie de ces chrétiens qui furent les premiers de notre ère.

Au temps où notre pauvre République subit tant d’assauts, tant de révoltes internes, tant de problèmes aussi bien moraux qu’économiques, où les présidents se succèdent à l’Élysée sans pouvoir redonner aux Français le goût des valeurs qui ont fait la France, il était important qu’une voix indépendante, une voix surgissant du fin fond de notre histoire commune parle en ce 800e anniversaire de la naissance d’un grand roi, né le 25 août 1214.

À lire aussi

Emmanuel Macron tête d’affiche contestée

Celle qui souffrira le plus de cette modeste campagne publicitaire est bien la tête de lis…