Comme si la religion catholique n’était pas en train de disparaître toute seule (pas beaucoup de péquins présents à la messe !).
Comme si la religion musulmane n’était pas en train de prospérer en , avec le développement fulgurant des mosquées et de ses modes de vie.

Comme si l’Église émettait la moindre réticence à l’islamisation… au contraire, elle est d’une tolérance confondante.

Deux individus se réclamant d’une idéologie issue de l’islam, ciment d’un état autoproclamé dénommé Daech, ont jugé nécessaire d’égorger au plus vite un prêtre inoffensif de 84 ans.

Quel est le message ?

Les prêtres ne meurent pas assez vite (800 morts par an pour 100 ordinations, ce n’est pas suffisant !), ils en veulent l’éradication totale et immédiate ?

La dissolution n’est pas assez rapide, il y a trop d’églises, il faut les raser et faire peur aux fidèles ?

Il est insupportable que les autochtones exercent leur culte sur leurs terres ? On peine à imaginer des chrétiens allant tuer des imams dans leurs mosquées sur les terres musulmanes !

En plus de s’attaquer à des êtres humains, on s‘attaque à un symbole. On s’attaque à la même, car la doit son existence à son Église. On peut relire, à ce sujet, l’historien Jacques Bainville, de l’Académie française, qui considère qu’à la fin de l’Empire romain, ce sont bien les évêques qui ont organisé la transition pour rétablir l’autorité. Sait-on que le roi Clovis et l’archevêque de Reims, saint Remi, se sont rencontrés dans ce but (toujours selon l’historien) avec le succès que l’on sait ?

La France est assiégée, tout ce qui fait la France est attaqué : la liberté de la presse, les juifs en France, son mode de vie (musique, cafés), sa police, sa fête nationale, et maintenant sa religion fondatrice.

On veut détruire la France.

Beaucoup de Français sont prêts, physiquement, à défendre leur pays, il n’y a qu’à voir l’explosion des candidatures dans l’armée, la police, et maintenant la réserve opérationnelle.La combativité n’est pas l’apanage de djihadistes drogués au captagon. De votre côté, Messieurs de l’exécutif, nos grands hommes vous regardent : soyez à la hauteur des événements, on attend enfin de vous une traque implacable et une mise hors d’état de nuire de ceux qui veulent détruire la France !

À lire aussi

Bikinis à Alger, burkinis à Marseille : non, ce n’est pas liberté contre liberté !

Sur les plages d'Alger, Annaba ou Seraïdi, en Algérie, depuis le 5 juillet, les femmes bra…