Retraite dorée pour les Obama : un contrat d’édition à 60 millions de dollars

Quelques jours avant de céder les clés à Donald Trump, Barack Obama entretenait le suspense sur les plateaux de télé : quel avenir pour l’ancien président ? Rien que du bon, à l’évidence. Et du rentable. Super rentable, même.

Pour occuper une retraite dorée, le seul Nobel de la paix par anticipation connu à ce jour a d’abord évoqué le projet de construction d’une “bibliothèque présidentielle” dans le sud de sa ville, Chicago, “là où tout a commencé”, comme il a coutume de le dire. Y seraient stockés tous ses discours, documents officiels et autres témoignages de ses deux mandats. Un chantier monumental dont le New York Times chiffre la seule construction – L’“Obama Presidential Center” – à 1 milliard de dollars environ.

Et qui va payer ce chef-d’œuvre ? La fondation Barack Obama, ce qui ne signifie pas les fonds propres de l’ex-président, même si ce dernier annonce qu’il mettra la main au portefeuille. Pas de souci, en effet, pour le couple que l’Amérique des beaux quartiers adule : ayant sans doute un peu de temps à lui, l’ex-président des États-Unis avait profité des ses deux mandats pour se lancer dans la littérature. Son nom se vendant bien, les trois ouvrages qu’il a écrits (ou fait écrire ?) lui ont, en effet, rapporté pas moins de 15 millions de dollars. Enfin, pour parer aux aléas de la vie et menues dépenses quotidiennes, il percevra désormais, et ce, jusqu’à son dernier souffle, une pension de 205.700 dollars.

Quant à son épouse Michelle Obama, elle a également fait les beaux jours de l’édition avec un livre sur la nutrition et un sur le jardinage que les bobos s’arrachent. Son avenir est radieux puisqu’on annonce déjà que l’ex-première dame envisage de donner des conférences “universitaires ou professionnelles” à 100.000 dollars la session.

Enfin – cerise sur le gâteau présidentiel -, le Financial Times vient de révéler la signature d’un contrat d’édition de Barack Obama et de son épouse avec Penguin Random House pour un livre chacun. Montant estimé : plus de 60 millions de dollars.
 Interrogée par l’AFP, la porte-parole de la maison a refusé de commenter, mais pas démenti.

Si la somme est exacte, les Obama renverraient loin derrière leurs prédécesseurs qui, à côté, font figure de gagne-petit : Bill Clinton a touché 15 millions de dollars pour son autobiographie Ma vie et George Bush 10 pauvres petits millions pour ses Mémoires.

Mais tout cela est bien. Mieux que cela : c’est LE bien. Car l’affreux c’est Trump, sa tignasse rouquemoute, ses pompes à bascule et son mauvais goût pour l’argent ☺. CQFD.

À lire aussi

Zemmour, Agacinski, Hollande, Polanski… Accusés, levez-vous !

Aujourd’hui, c’est la pression qui paye, la censure brute et brutale. Pas de temps pour la…