Restauration et réédition de La Belle Équipe, de Julien Duvivier

Cliquez pour acheter

Que de litiges autour de l’exploitation de La Belle Équipe ! Ce film majeur de Julien Duvivier, récemment sorti en DVD, aurait bien pu ne jamais connaître de réédition. On se souvient, en effet, qu’en 2006, l’éditeur René Chateau Vidéo était condamné par la justice pour avoir exploité, des décennies durant, à la télévision comme en VHS, la version dite « optimiste » du film, alors même que Duvivier et son scénariste Charles Spaak avaient obtenu juridiquement que, dès 1966, La Belle Équipe fût exclusivement diffusé dans sa version dite « pessimiste » d’origine. La version « optimiste », reniée par ses auteurs, n’avait été tournée qu’à la demande des producteurs au regard des recettes commerciales jugées insuffisantes…

Avec La Belle Équipe, tourné juste avant les événements du Front populaire et sorti en 1936, le tandem Duvivier/Spaak raconte l’histoire de cinq copains au chômage vivant dans un taudis parisien qui, ayant remporté une grosse somme d’argent à la loterie, décident de retaper une vieille bicoque sur les bords de Marne et d’en faire une guinguette dont ils seront chacun, à parts égales, les copropriétaires. Hélas, ce merveilleux projet collectif se verra malmené par les (mauvaises) volontés individuelles, par les accidents de la vie – au figuré comme au propre – et par l’arrivée d’une femme qui n’aura de cesse d’attiser la jalousie entre les deux personnages principaux – le caractère misogyne de ses films, on le sait, fut souvent reproché à Duvivier…

Réunissant alors un casting d’exception composé de Jean Gabin, Charles Vanel ou encore Raymond Aimos, le film fut notamment rendu célèbre par sa chanson Quand on s’promène au bord de l’eau qu’exalte le héros dans la dernière partie du récit. Sans doute ce passage est-il pour beaucoup, avec la fin optimiste également, dans le fait que La Belle Équipe, malgré sa noirceur et son désenchantement évidents à l’égard du genre humain (qui tendent à le rapprocher des postulats libéraux), fut si longtemps considéré comme un film phare du Front populaire, période de joies et d’espoirs.

Il n’en demeure pas moins qu’en dépit d’un statut pour le moins paradoxal, le film de Julien Duvivier est une œuvre incontournable du cinéma français des années 30, ou cinéma du « réalisme poétique », au même titre que Le Quai des brumes, La Bête humaine, La Grande Illusion ou Le jour se lève.

Jouissant d’une image restaurée et d’un beau boîtier carton, la nouvelle édition DVD/Blu-ray de La Belle Équipe propose, en outre, un documentaire éclairant sur la genèse du film, incluant la fin optimiste, et une série d’entretiens tout aussi passionnants.

À lire aussi

Cinéma : le retour en grande pompe de Downton Abbey

Dans la parfaite lignée du feuilleton, le film joue habilement entre le drame et l’humour,…