Après le nouvel attentat barbare de Saint-Quentin-Fallavier, nous étions en droit d’attendre un peu de mesure de la part des officines proches du pouvoir, et des représentants du parti « sociétaliste ». Que nenni. Ils en ont profité pour accentuer leurs propos outranciers. Un homme a été décapité par son employé, sa tête recouverte d’inscriptions en arabe et accrochée à un grillage ? Des dizaines de touristes ont trouvé la mort à Sousse en Tunisie sous les balles des kalachnikov des assassins sympathisants de l’État islamique ? Le vrai danger est pourtant l’« extrême droite », l’« islamophobie » et l’« amalgame, à en croire SOS Racisme ou le Collectif contre l’ en France (CCIF).

Le CCIF est une association dont l’objet est la lutte contre « l’islamophobie ». Quelques heures après le terrible attentat en Isère, le collectif a publié un communiqué indiquant que « … le danger ne réside pas dans les vaines tentatives de groupes armés de déstabiliser la République », mais que « le vrai danger réside du côté de ceux qui utilisent ces événements pour déverser leur haine contre une partie de la population ». En somme, toute personne qui osera s’interroger sur l’islamisation du pays, remettre en cause la construction des mosquées-cathédrales ou interroger la proximité idéologique entre l’Union des organisations islamiques de France (qui appartient au Conseil français du culte musulman créé par en 2003) et les Frères musulmans les plus radicaux sera tenue pour responsable de l’ et considérée comme plus « dangereuse » que les terroristes islamistes. Si l’on écoute le CCIF, les défenseurs les plus acharnés de la patrie, lesquels ne se sont pas encore rendus coupables de crimes par égorgement, seraient donc le « vrai danger » pour la « République » (ils n’ont pas osé parler de la France).

Le premier secrétaire du parti sociétaliste, Jean-Christophe Cambadélis, ne trouvait d’ailleurs rien de mieux à dire que « Pas d’amalgames. Ne jouons pas sur les peurs ». Propositions concrètes pour lutter contre le danger terroriste ? Néant. Rappelons-nous, d’ailleurs, que le ministre de l’Intérieur avait déclaré que prôner le djihad n’« était pas un délit ». Sont-ils inconscients ou totalement dépassés par le problème ? Nul ne peut l’affirmer avec certitude. Une chose est néanmoins certaine : ils mettent la vie des Français en danger par leurs politiques désastreuses (tant sur le plan international que national). De à François Hollande, tous sont coupables de laxisme et, même, osons le dire, de trahison.

Un peu plus tard, c’était au tour de SOS Racisme, officine de propagande gouvernementale, de s’illustrer en assimilant ceux qui combattent l’islamisme en France à ceux qui le diffusent. Sous les mots choisis de SOS Racisme se cache, en effet, la volonté de présenter les patriotes comme étant les pendants nationaux des assassins djihadistes. Un procédé mensonger, y compris sur le strict plan intellectuel, car l’islamisme est un internationalisme destructeur des identités, et s’est toujours opposé aux nationalismes arabes.

Vouloir l’expulsion des salafistes binationaux du territoire national est une mesure de bon sens et de salut public. Ne nous laissons pas impressionner par le discours diabolisant des sociétalistes de tous bords. En effet, ce sont eux les « diables » de la chose du peuple, ce sont eux qui se moquent du bien commun. En privilégiant l’autre au proche, ils laissent la France subir l’-invasion et ses conséquences les plus fâcheuses, au premier rang desquelles la présence du sur notre sol. Ils sont sortis de l’Histoire de France, ils sont sortis de la République, ils ont trahi le peuple.

29 juin 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.