Alain Destexhe est médecin et sénateur honoraire belge. Il est également auteur de Immigration et intégration : avant qu'il ne soit trop tard (2019) et coauteur de la Lettre aux progressistes qui flirtent avec l'islam reac. Il réagit au drame de lundi soir, à Bruxelles, ayant entraîné la mort de deux personnes, aux cris de « Allah Akbar ». Le sénateur honoraire dénonce la faillite de la Belgique face à la montée de l'immigration illégale et de l'islamisme.

Iris Bridier. La Belgique est à nouveau ensanglantée par un attentat, était-ce la Suède qui était visée ou le conflit israélo-palestinien qui aurait aussi été importé dans votre pays ?

Alain Destexhe. Difficile à dire. Sans doute un peu des deux, mais cela importe peu. C'était un islamiste, radicalisé, connu des services de police, ayant fait l'objet d'une OQTF et qui n'avait rien à faire sur le sol belge. C'est une nouvelle illustration de la faillite de l'État belge face à l'immigration illégale et à l'islamisme qui se porte en Belgique encore mieux qu'en France.

I. B. Bon nombre d’élus belges avaient adopté la même ligne que LFI en refusant de qualifier les actes du Hamas de terroristes. Comment expliquer cette attitude ?

A. D. Pour les mêmes raisons. Les musulmans qui votent surtout à gauche sont devenus l'un de leurs socles électoraux. La gauche leur est de plus en plus soumise. Comme en France, la gauche traditionnelle laïque est en voie de disparition. La complaisance vis-à-vis du Hamas, un mouvement terroriste, en a quand même surpris plus d'un. Dans le cas de l'attentat d'hier, « contextualiser » comme l'a fait LFI et la gauche belge reviendrait à justifier l'attentat contre des Suédois parce que des Corans ont été brûlés en Suède !

I. B. Quelle est l’ampleur du communautarisme religieux, en Belgique ?

A. D. Énorme. La Belgique est gangrenée par ce phénomène qui a échappé aux autorités. 67 % des habitants de la capitale sont d'origine extra-européenne. Un antisémitisme virulent sévit dans la majorité de la population musulmane, mais les partis politiques refusent de le voir car le poids électoral des musulmans est devenu un enjeu majeur. Les nombreux élus musulmans (parlementaires, maires, conseillers...) versent sans vergogne dans le communautarisme. Les campagnes électorales se font dans toutes les langues, même en ourdou !

I. B. Quelles seront les conséquences politiques de cette fusillade ?

A. D. Aucune. Il y aura les mots, les fleurs et les bougies habituels. Hier, à l'exception du Mouvement réformateur, proche de Macron, les partis et « responsables » politiques n'ont, une fois de plus, pas utilisé le mot « islamisme » dans leurs tweets de « condamnation ». C'est désespérant, mais dans quelques jours, tout rentrera dans l'ordre, ou plutôt le désordre et le laxisme habituels.

3328 vues

17 octobre 2023 à 14:59

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

14 commentaires

  1. Belgique, France, Suède et partout ou l’immigration islamique est rentrée c’est pareil ! C’est la volonté manifestée clairement par ces populations de ne pas s’intégrer pour revendiquer partout ou ils sont la domination de cette culture importée par la faute de l’électoralisme puant des partis de gauche !

  2. L’islamisme peut se porter mieux ailleurs qu’en France. Et alors ? Concentrons nous exclusivement sur les mesures à prendre pour nous protéger, ne nous dispersons pas dans ce genre de comparaison qui n’est pas raison. Pas de relativité la dessus !

    1. Les spécialistes d’analyses et de débats continuent de développer leurs théories pendant que les islamistes continuent de nous attaque physiquement. Des paroles contre des actes voilà notre arme suprème.

  3. Je déplore encore une fois qu’il faut de tels événements en France en Belgique pour que nos « commentateurs », restons polis, redécouvrent « l’eau chaude » ! Voilà un des nombreux pourquoi de l’état du pays et que nous sommes amenés à disparaitre !

  4. La Belgique encore pire que la France? Je n’en suis pas si sûr la place sur la première marche du podium est partagée par les deux pays.

  5. Tant pis pour les Belges ! Notre ministre de l’intérieur à nous a fermé la frontière avec la Belgique : voilà comment on se défend chez nous de l’invasion islamiste . Quelle leçon ! Maginot n’est pas mort….

  6. Je connais une jeune française de souche, bien élevée, éduquée et insérée profesionnellement. Elle souhaite acheter une maison en Belgique pour filer un parfait amour avec un belge. Elle est convoquée à la mairie pour une enquête de « moralité », stupéfiant pour un pays de l’U.E qui laisse entrer des dizaines de milliers de clandestins: racisme ou discrimination ?

  7. Aussi mal lotis que nous par la faute des élus . Pauvres de nous peuples français , belges et tous les autres .

  8. on peut remarquer qu’en Belgique quand un policier tue un délinquant il n’est pas incarcéré, pourquoi l’égorgeur d’Arras est encore vivnt c’est parce que chez nous les policiers seraient emprisonnés, voilà une énorme différence.

  9. Tant pis pour les Belges. Ils devront bientôt se passer de bière (boisson interdite parce que alcoolisée), de saucisses (Fabriquées avec du porc), de musique, bref de tout ce qui fait le plaisir et le sel de la vie… Du sel, ils pourront peut-être encore en mettre sur leurs frittes. C’est à peu près tout ce qu’il leur restera….

Les commentaires sont fermés.