Editoriaux - 11 mars 2019

Rapport ONU et handicap : les personnes handicapées toujours traitées comme quantité négligeable dans notre pays !

Trop souvent, les personnes en situation de handicap sont réduites à leur handicap dans la conscience publique. Les droits fondamentaux de ces personnes sont toujours bafoués, comme le rappelle d’ailleurs très justement APF France handicap (anciennement Association des paralysés de France) dans un communiqué daté du 4 mars dernier.

Après la visite, en octobre 2017, de Catalina Devandas Aguilar, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits des personnes handicapées, l’ONU vient de rendre son rapport sur la situation en France, vis-à-vis de nos engagements pris lors de la ratification, en 2009, de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH).

Ce rapport a été rendu public fin février. Un rapport de plusieurs dizaines de pages faisant état des “lacunes et des domaines dans lesquels des améliorations doivent être apportées”.

Il faut, en premier lieu, souligner le fait que malgré de réelles avancées visant à accorder aux personnes handicapées leur pleine citoyenneté, comme le droit de vote des personnes sous tutelle, notre pays a encore de grosses marges de progression s’il veut véritablement que notre législation soit totalement en accord avec ce texte.

Le rapport pointe notamment du doigt la surreprésentation, au sein du Conseil national consultatif des personnes handicapées, des “prestataires de service et des associations de parents”, qui “continuent d’influencer la prise de décisions” alors que “des efforts plus importants sont nécessaires pour consulter en premier lieu les organisations de personnes handicapées et élargir leur représentation”. Ce qui est vrai, c’est que les personnes en situation de handicap sont bien trop souvent exclues des processus d’élaboration de politiques qui, pourtant, les concernent en premier lieu.

Si on veut véritablement devenir une société inclusive, il ne faut pas simplement être dans la déclaration d’intention mais se mettre en accord avec nos engagements internationaux. Aussi il est important de faire évoluer positivement l’image des personnes en situation de handicap au sein de notre société.

Cela nécessite le développement de campagnes de sensibilisation « grand public » pour promouvoir notamment les principes de l’accessibilité et de le faire, bien sûr, en concertation avec les instances représentatives des publics concernés.

Les personnes en situation de handicap sont trop souvent encore, aujourd’hui, traitées comme quantité négligeable. Notre pays, il est vrai, alloue des ressources financières importantes au handicap : 46,6 milliards d’euros en 2014, soit 2,2 % du produit intérieur brut français (sources : Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). Mais l’accent est trop souvent mis sur la prise en charge de l’incapacité alors que les efforts devraient plutôt aller dans le sens d’une transformation de la société.

Par notre histoire, notre pays est le phare de l’émancipation à travers le monde. Ce poids historique nous oblige, quoi qu’on en pense, à demeurer toujours exemplaires. L’exemplarité, en l’occurrence, consiste à veiller au respect des personnes en situation de handicap en garantissant leur inclusion. Souhaitons donc que le gouvernement ait le courage de faire les réformes nécessaires…

À lire aussi

Revalorisation de l’AAH : en réalité, le gouvernement économise sur le handicap !

89 % des personnes handicapées n’ont pas confiance en la politique du gouvernement... …