Cliquez pour acheter

Au début de ce mois de novembre, les éditions Fayard ont publié un livre de Serge Michailof, chercheur à l’IRIS et enseignant à , donc peu suspect de sympathie envers la droite et l’extrême-droite. Le livre s’intitule Africanistan, ce qui signifie clairement que les pays de l’Afrique sahélienne, ceux qui longent au sud le Sahara du Sénégal à l’Erythrée, risquent de plus en plus de ressembler à l’Afghanistan.

Le sous-titre est encore plus stupéfiant : L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? On pourrait ironiser, dire à ce chercheur que s’il cherchait en région parisienne, il trouverait vite que c’est déjà fait. Mais prenons plutôt acte du courage de cet homme et des éditions Fayard qui ont cassé un tabou.

Parler de la surpopulation de la planète et en particulier de l’Afrique est absolument interdit par l’accord farouche entre et politiques sur cette proscription. Or Serge Michailof, avec une audace ou une inconscience sidérante écrit : “Quelles seraient les conséquences de l’implosion d’une zone immense, peuplée de 100 millions d’habitants aujourd’hui, 200 millions dans vingt ans, dont une bonne partie est francophone ?” (p.8) On pourrait dire un Afghanistan en pire, puisque au djihadisme et aux guerres civiles s’ajouteront la terrible bombe P, la bombe Population, dont les retombées radio-actives n’en finiront plus de s’abattre sur l’Europe.

Dans sa présidentielle de 1974, René Dumont annonçait : “Je vais vous parler du plus grave des dangers qui menace notre avenir, celui de la surpopulation.” Et puis le thème a peu à peu disparu dans la nuit glaciale et stupidifiante du . Les écologistes n’en disent jamais un mot : que le réchauffement de la planète soit dû surtout au Nord, c’est vrai. Mais la multiplication de l’humanité au Sud, ainsi que son désir légitime de vivre mieux ne feront qu’aggraver le problème. Gageons que la Cop 21 n’en dira pas un mot. Ce silence condamne totalement les : une bande de clowns.

La surpopulation africaine est un article d’exportation qui marche très fort, on le voit tous les jours à et en Sicile. Que gagnera l’Afrique à étouffer l’Europe sous le poids de ses enfants ? Rien. Un continent de plus basculera dans la misère et ne sera plus en mesure de porter la moindre aide au reste de l’humanité. Est-il raciste de dire aux Africains qu’ils font trop d’enfants ? Est-il raciste de demander aux Africains de contrôler leurs naissances, de les aider à le faire par des campagnes d’éducation des filles et des jeunes femmes ? Est-il raciste de dire la réalité ?

Non. Ce qui est raciste, c’est de considérer que les Africains sont de grands enfants incapables de voir que le sort de la planète dépend aussi d’eux.

12 novembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Dimanche dernier, pour la première fois, j’ai osé !

Quand mon tour est venu, j'ai osé glisser le monstrueux bulletin dans l'urne fatale. Le pl…