R-U : le Brexit devait apporter la ruine ? Le redressement est spectaculaire !

©shutterstock_432325573
©shutterstock_432325573

Certaines statistiques sonnent comme des gifles pour nos gouvernants européistes et mondialistes, toujours si certains de la supériorité de leur politique. Ainsi de la révision des perspectives économiques du Royaume-Uni. Le Monde, peu suspect d’excessive sympathie pour le Brexit, est bien obligé de le reconnaître : « L’économie britannique [est] finalement nettement plus solide qu’annoncé », annonçait le quotidien du soir sur son site, le 4 septembre. Les Échos titrait aussi, le 1er septembre : « La révision des chiffres du PIB (produit intérieur brut) place le Royaume-Uni parmi les meilleurs élèves en Europe. »

Le redressement du voisin anglais s’annonce spectaculaire. « Au lieu du bonnet d'âne, l'économie britannique pourrait finalement se voir décerner des lauriers pour la rapidité avec laquelle elle s'est relevée du Covid en 2021 », écrit Les Échos. Selon les nouveaux chiffres du Bureau de la statistique nationale britannique (ONS), à fin 2021, le PIB du Royaume-Uni était de 0,6 % supérieur à son niveau d'avant-pandémie, et non inférieur de 1,2 % à ce même niveau. « L'économie britannique se serait ainsi placée parmi les plus performantes au sein des pays développés, contredisant le qualificatif "d'homme malade de l'Europe" couramment véhiculé depuis le Covid et le Brexit », admet le quotidien économique et financier français.

Jour « historique et triste » ?

Évidemment, le ministre des Finances anglais Jeremy Hunt, qui n’a pas eu que de bonnes nouvelles à annoncer, ces derniers temps, triomphe : « Le fait que le Royaume-Uni se soit redressé de la pandémie bien plus rapidement que ce qu'on pensait donne tort à ceux qui sont déterminés à dénigrer l'économie britannique », a-t-il écrit sur X (ex-Twitter).

Attention, tout ne va pas bien au Royaume-Uni, aux prises avec une immigration folle, entre autres. Une hirondelle ne fait pas le printemps, les rapports alarmistes sont nombreux et il est encore tôt pour tirer des conclusions définitives de l’évolution post-Brexit. Mais les éternels distributeurs de mépris à Bruxelles et en France, formidablement représentés par le camp macroniste, si rapides à pincer le nez envers une monarchie (pouah !), europhobe (horreur !), risquent d’avoir demain des réveils douloureux.

Ces chiffres récents devraient inciter nos européistes à la plus grande prudence, voire à une humilité de grand pénitent. Car que n’a-t-on entendu jusqu'à aujourd'hui de ce côté-ci du Channel sur la folie autodestructrice et la stupidité ontologique de nos voisins anglais, endormis, bernés, trompés, ruinés, abêtis et envoyés dans le mur par les sirènes fatales des épouvantables « populistes » du Brexit. Inutile de rappeler les milliers de titres de presse annonçant la ruine du système anglais à court terme. En décembre 2020, au moment où le Royaume-Uni quitte effectivement l’Union européenne, une dépêche Reuters résume la pensée de la classe dominante en France : « Les opposants au divorce avec l'UE y voient une sottise qui va affaiblir l'Occident, torpiller ce qui reste de l'influence du Royaume-Uni sur la scène internationale, nuire à l'économie britannique et, au final, laisser simplement un groupe d'îles moins cosmopolite », résume Reuters. En France, les mondialistes pleurnichent bruyamment. Le ministre Clément Beaune, alors secrétaire d'État aux Affaires européennes, parlait d'un jour à la fois « historique et triste » : « Le Brexit doit nous enseigner un certain nombre de leçons, d'abord sur les mensonges qui ont été proférés, et on verra que ce qui a été promis - une sorte de liberté totale, d'absence de contrainte, de rayonnement - [...] n'arrivera pas », tranchait ce grand visionnaire, qui en rajoutait une louche à l’antenne de LCI : « Avec le Brexit, je crois que c'est le Royaume-Uni qui se punit lui-même. »

Bonnet d'âne

Passons sur l’incroyable mépris de la démocratie de la part du personnage, les Britanniques ayant voté clairement… Un bond du PIB ? Voilà une punition qui arrangerait bien les Français ! Moins de trois ans après le départ effectif du Royaume-Uni de l’Union européenne, les grands prophètes et donneurs de leçons apparaissent plus proches du bonnet d’âne que du prix de la prévision économique.

Venu d’un pays qui s’apprête à donner un sérieux tour de vis à sa politique migratoire, Charles III arrivera donc en France, ce 20 septembre, après un report honteux de son voyage pour cause de chienlit dans nos banlieues. Pas de quoi pavoiser, et pourtant, l’Europe antinationale reste la seule idée forte, invariable, d’Emmanuel Macron.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

71 commentaires

  1. Pour trouver un inétrêt à rester dans l’UE il faudrait déjà trouver une seule chose de positive de l’UE notamment depuis 1989 (l’acte dit unique). Même l’ouverture des frontières (qui permet au quidam de voyager sans sortir sa carte d’identité en UE mais est un vrai leurre) en a fait une passoire aux illégauix ruineux.

  2. L’Europe oui, mais sûrement pas dans la direction qu’elle prend, qui est destructrice pour les nations européennes.
    Et ce n’est pas prêt de s’arranger, car je suis convaincu depuis longtemps que Macron vise la succession de Von der Leyen ! Un destructeur peut en cacher un autre !

  3. « Les Français se sont fait connaître comme les plus habiles architectes de destruction qui aient jusqu’à présent existé dans le monde. Dans ce court espace de temps, ils ont complètement détruit jusqu’aux fondements de leur Monarchie, leur Église, leur Noblesse, leurs Lois, leurs Revenus publics, leur Armée, leur Marine, leur commerce, leurs Arts et leurs Manufactures. »
    Discours prononcé dans la Chambre des Communes d’Angleterre le 9 février 1790. – EDMUND BURKE.

    Nous devions aussi mettre l’économie russe à genoux …. Quelle bande de bras cassés ! Destitution !!!

  4. Le plus gros handicap pour l’économie française, c’est son gouvernement.
    Le R.U. n’as peut-être pas le même boulet à trainer.

  5. Et il faudrait parler du Commonwealth , on en parle jamais chez nous , sorte de contre modèle de l’UE vampire des souverainetés , une collection de pays unis par des accords commerciaux mais conservant jalousement leur souveraineté. Mais unis , souvent par une culture commune , même langue , même système éducatif , face à la Tour de Babel de l’UE
    C’est une association volontaire de 56 Etats souverains , dont ; la Nouvelle Zélande , le Canada , l’Australie , l’Afrique du Sud , malheureusement la France n’a pas des anciennes colonies de ce genre. Et , de dizaines d’autres anciennes colonies africaines ou autres , malheureusement la France n’a que des anciennes colonies de ce genre. Enfin cette association souple n’a aucune vocation a devenir une superstructure dominante. Et pour terminer la France n’a nul besoin d’un Commonwealth pour accueillir des hordes de migrants en provenance de ses anciennes colonies et pour leur accorder généreusement la nationalité française.

    • Excellent.
      Le plus grand ennemi de la France ce sont ses dirigeants depuis 2007.
      Celui-là même qui disait à l’un de ses ministres être insensible à la France ( donc ne pas l’aimer ) a pu dans la foulée se rendre coupable de véritable déni de démocratie en balayant les résultats du referendum sur la constitution européenne ! Après cette préparation réglée comme un tir de mortiers on a eu guère mieux, suivi d’un destructeur méthodique qui fait des claquettes en posant de véritables champs de mines sur tout l’Hexagone…En ouvrant la porte aux envahisseurs il sait très bien ce qu’il fait en humiliant notre pays et ce qui lui reste de defenseurs. C’est à peu près ainsi que disparaissaient les grands empires.

  6. On savait les Anglais un peu mou! Mais quand même un peu éclairé, je parle du peuple! Mais le Français ça est pire; Regarde ses feuilletons à la télé les match de rugby et foot. Ne va pas voter et ouvre sa geule quand ça est trop tard. Quel belle leçon des Anglais eux savent faire un sacrifice, la récompense arrive doucement mais surement.

  7. Tout le monde en France oublie que les Anglo-Américains sont nos ennemis héréditaires (je ne vais pas remonter jusqu’à Jeanne d’Arc) Ainsi avec l’OTAN ils sont responsables de la guerre en Ukraine avec les complices Turcs. Mais c’est pas fini et les Anglais continuent à profiter de l’Europe.

  8. Robert Schumann, déserteur pendant la guerre, prétendu fondateur de l’UE, a lu un discours à l’Assemblée Nationale écrit par Jean Monnet, agent des américains. En réalité, derrière ces personnages troubles se cachait le véritable fondateur de l’UE, le comte Niclaus van Coudenhove-Kalergi, d’origine flamande et brabançonne par son grand-père et italo-byzantine par sa grand-mère, mais aussi japonaise par sa mère. Il était avant tout pour le métissage, comme Sarkozy plus récemment, et donc pour une politique migratoire. De plus, il souhaitait que l’élite dirigeante du monde se recrute « au sein de la race dirigeante spirituelle de l’Europe : les Juifs ». Il épousa une femme juive, il fut ami de Theodor Herzl, le fondateur du sionisme, il fut soutenu par le B’naï B’rith et il reçut l’appui d’un banquier juif, Paul Warburg. Bref, ceci pour dire que notre intérêt est de quitter l’UE et toutes les instances mondialistes. Si la GB est plus prospère que l’UE, c’est qu’elle a en son sein la City et qu’elle dispose encore des ressources du Commonwealth, mais elle aussi est victime de la politique immigrationniste.

  9. Les mêmes ont dit la même chose pour la Russie, son écroulement économique en 8 jours et qui continuent à nous dire que la Russie va perdre la guerre.

  10. Puissent les Français en prendre de la graine et quitter le plus rapidement possible et définitivement ce monstre inhumain qu’est devenue l’UE qu’ils ont contribué à créer. Cette hydre malfaisante, boulimique et mangeuse des libertés tant publiques et collectives qu’individuelles et privées dirigée par une sorcière incapable, prévaricatrice et malhonnête, nous mènent à la ruine tout comme l’URSS et le communisme l’ont fait en leur temps heureusement révolu.

    • « ce monstre inhumain qu’est devenue l’UE qu’ils ont contribué à créer. » Qu’ils ont créé ex nihilo. Rappelons que son principal constructeur, Jean Monnet, aidé de Maurice Schumann, ancien officier de la Wehrmacht, était employé de la CIA (OSS à l’époque) et qu’il a décalqué les institutions américaines pour les installer à Bruxelles. Le tout consolidé par l’OTAN.

  11. Une large majorité de français pensent encore que l’UE est la seule voie possible au seul prétexte dont on nous a bourré le crâne pendant des années que « plus on est gros, plus on est forts’. C’est une colossale erreur. La richesse d’un pays provient de son volontarisme (travail, formation, sens de l’effort…). Le reste c’est de l’attrape-nigaud.

  12. J’ envie le Peuple britannique qui a su – via le Brexit – se libérer du joug mortifère et inquisiteur de l’ Europe. Depuis, ils ont les mains libres pour retrouver leur souveraineté et prévoir des Lois qui auraient été immédiatement proscrites par Bruxelles si le Royaume Uni était demeuré dans son giron. Un bémol toutefois…Je ne suis pas un spécialiste de l’ économie mondiale mais je tiens à rappeler que les Anglais, sitôt leur départ effectif, se sont rapprochés du Commonwealth; ce système économique anglophone et proche de l’ Australie et autre USA… Ils partaient avec une roue de secours. Tant mieux pour eux.

  13. Vous écoutez encore les commentaire de nos menteurs de nos gouvernants ont devraient faire pareil en France quitter l’Europe qui nous rapporte rien de bon mais surtout des dettes

    • ça est bien que vous commencier à comprendre, que Sarkosy vous a trahi en signant pour le peuple Français,l*entrée de la France dans cette maffia Européenne.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois