Accueil Blog Question aux catholiques hâtivement sélectifs
Blog - Discours - Editoriaux - Politique - 29 août 2015

Question aux catholiques hâtivement sélectifs

Un certain nombre de catholiques, laïcs et ecclésiastiques, s’indignent de l’invitation de Marion Maréchal-Le Pen à l’université d’été catholique du diocèse de Fréjus-Toulon. Un blogueur influent de la « catosphère », généralement mesuré, écrit ainsi : “La différence entre ces partis est que, lorsque le PS ou Les Républicains ont notamment des idées contraires à cet enseignement (celui de l’Église), le Front national est structuré autour d’une position contraire à l’Évangile. Elle n’est pas accessoire, elle n’est pas optionnelle, elle est l’ADN du parti. Cette conviction est le rejet de l’étranger […]”

Ces propos à l’emporte-pièce et infondés (!) sont au mieux ceux d’un adolescent aux hormones désordonnées, au pire ceux d’un politicien malhonnête.

Qu’on s’entende : ce papier n’est en aucun cas l’aveu d’une allégeance au FN, mais une humble contribution à la volonté de soutenir que la liberté d’échange (et donc d’expression) n’a pas de barrière, en tout cas pas celle de discuter avec une jeune catholique de 26 ans – qui, sauf erreur, n’a tué personne -, fût-elle membre exécutif d’un parti considéré par la majorité comme indésirable (au passage, les quelque 30 % de votants FN apprécieront qu’on crache encore sur leur choix de façon instinctive, tel un lama sur un capitaine Haddock).

Qu’on nous montre les supports du FN où il est prôné l’exclusion des Français d’origine étrangère (dont un certain nombre lui accordent d’ailleurs leur vote). Ce qui semble ressortir du discours des dirigeants du parti, c’est que s’ils étaient au pouvoir, ils n’encourageraient certainement pas une politique facilitant l’accès des étrangers en situation irrégulière aux structures sociales, professionnelles ou autres requérant la nationalité française. C’est très diffèrent que de conclure à un ADN de nature raciste ! En d’autres mots, ils appliqueraient la loi. Par ailleurs, aucun parti ne promeut l’illégalité, donc dans les faits, socialistes et républicains ne sont pas plus accueillants que les frontistes.

Nous passerons sur la contradiction des catholiques hostiles à la rencontre avec Marion Maréchal, laquelle fut l’une des rares à soutenir leur cause lors de la Manif pour tous, et dont l’itinéraire semble autrement plus sobre – et plus chrétien, puisque c’est le sujet – que les dizaines de parcours « démocrates », exemplaires, « cahuzaciens » ou « juppéistes »…

Trois question aux cathos PS et LR, incapables, le temps d’une rencontre entre êtres humains, de bousculer leur « charlisme émotionnel » :

Jésus-Christ a-t-il refusé de parler au centurion romain, au prétexte que celui-ci représentait l’envahisseur de son peuple ?

Jésus aurait-il refusé d’échanger avec Marion Maréchal au prétexte qu’elle appartenait à un parti politique dit d’extrême droite ?

L’embourgeoisement des cathos qui ont succombé aux sirènes de la bien-pensance, à des fins politiques ou par peur tout simplement, n’est-il pas plus éloigné de l’esprit du Christ dont ils croient être les gardiens que la main tendue de Mgr Rey à une femme politique ayant ses chances de devenir présidente de la région PACA ?

Ceux qui, en leur temps, déchiraient leurs vêtements à la vue des actes d’un Christ ouvert à tous, notamment aux pires, furent les mêmes à le condamner à mort. Heureusement, Il n’est pas de ce monde et sa miséricorde est infinie… même pour Marion !

À lire aussi

Mondialiste, cosmopolite, européen, jeune… Tout plutôt que français

Le nombre de Français nationalistes, patriotes ou extrémistes, est trop faible pour mainte…