L’OTAN nous mène à moyen terme à la déflagration en Europe et sans doute à notre destruction – voulue en très haut lieu. À court terme, l’OTAN nous inféode grotesquement à Washington sans raison, et elle nous ruine économiquement, en nous coupant du gaz et du monde russe, de l’intégration européenne à laquelle nous avons en France préféré par lâcheté, inertie, habitude, par trahison aussi de nos Young Leaders contrôlés et bien tenus en laisse, une construction germano-centrée de plus en plus insupportable, surtout à partir de l’arrivée au pouvoir de Merkel, la potiche hantée par son péché allemand et désireuse d’obtempérer par tous les moyens aux objurgations de son vainqueur-colonisateur américain, et ce alors que l’, qui a fait vingt-six millions de morts à la en 1941-45, devrait plutôt faire la paix avec les Russes et renoncer au Lebensraum germano-américain. Mais rien n’arrêtera Merkel, qui torture tous les pays méditerranéens ou latins de sa trique fiscale et financière. Nos enfants devront vivre pour payer les dettes concoctées par Goldman Sachs et contractées par nos politiques au moment de l’adoption de l’euro et du bradage des patrimoines. L’Europe n’est pas un club de jeu, a dit Angela, mais l’Allemagne de ses grands ancêtres ne l’était déjà pas.

Mais restons sur l’OTAN, car nous risquons là notre peau.

Il y a six ans, un ambassadeur français courageux et lucide a osé prononcer les phrases suivantes. C’était un proche de François Mitterrand, il se nomme Gabriel Robin ; tenu sciemment à l’écart du débat politique et diplomatique français, comme ces généraux récalcitrants. Voici ce qu’il déclare le 30 mars 2009 : 

L’OTAN pollue le paysage international dans toutes les dimensions. Elle complique la construction de l’Europe. Elle complique les rapports avec l’OSCE (mais ce n’est pas le plus important). Elle complique les rapports avec la Russie, ce qui n’est pas négligeable. Elle complique même le fonctionnement du système international parce que, incapable de signer une convention renonçant au droit d’utiliser la force, l’OTAN ne se conforme pas au droit international. Le non-recours à la force est impossible à l’OTAN car elle est précisément faite pour recourir à la force quand bon lui semble. Elle ne s’en est d’ailleurs pas privée, sans consulter le Conseil de sécurité des Nations unies. Par conséquent, je ne vois pas très bien ce qu’un pays comme la France peut espérer de l’OTAN, une organisation inutile et nuisible, sinon qu’elle disparaisse.

Et c’était avant la déclaration de guerre euro-américaine à la Russie ! Là, nous y sommes presque, et dans la même indifférence qu’au moment des charniers des deux précédentes guerres européennes qui profitèrent plutôt à Staline et à Washington !

Il faut croire que nous y avons pris goût, à ces guerres, à ces maîtres, à cette vile humiliation. Ce n’est hélas pas l’OTAN qui disparaîtra mais ces Européens assoupis ou résignés.

À lire aussi

Islam : pourquoi la France est schizophrène

Il y a une bêtise crasse de notre « élite hostile ». …