est habile à manier les mots. On le savait. Au service de ses thèses, de ses choix, de ses parti-pris – eh oui, il en a. À son propre profit aussi. Les otages français enlevés au Cameroun nous en ont offert une nouvelle preuve.

Reprenons. Le jeudi 21 au matin, une dépêche de l’AFP, l’Agence -Presse, annonce la de la française. Quelques minutes plus tard, une autre dépêche fait état de la confirmation de cette nouvelle par , le ministre délégué chargé des Anciens combattants. Le Monde est alors en plein bouclage. Il décide de passer l’information, la fausse information, faut-il préciser. En effet, en début d’après-midi, le Quai d’Orsay dément. On le sait, nos otages sont toujours, à l’heure qu’il est, aux mains de leurs ravisseurs.

Jusque-là, rien à ajouter. Qui reprochera au « quotidien de référence » cette mésaventure ? Personne. Quand on doit coller à l’actualité… Non, le plus intéressant arrive.

Dans un petit billet, titré « Imprudence », nos confrères expliquent, le lendemain, sobrement : « Le Monde s’est rendu coupable d’une imprudence et présente ses excuses à ses lecteurs. » Fort bien.

Du coup, sûrement naïfs, on se dit qu’après cette bourde, nos journalistes vont la jouer profil bas. Pas du tout ! Dans un papier – évidemment plus long et en meilleure place – le grand quotidien du soir va hacher menu notre ministre des Anciens combattants. « Annonce intempestive », « gigantesque bévue », « sortie intempestive » : rien n’est trop fort pour ridiculiser Kader Arif. On ira jusqu’à citer, anonymement bien sûr, un « conseiller » qui explique, charitable : « Pour faire zéro couac, il faut savoir sacrifier un quart d’heure de gloire… »

Que la fasse feu de tout bois et tape à bras raccourcis sur notre ministre, c’est le dur jeu de la politique. Même si, quand on entend un Hervé Morin fustiger « un ministre (…) qui veut se la jouer », on pouffe de dire connaissant la suffisance de notre homme… Mais Le Monde ! Une « imprudence » pour eux, une « gigantesque bévue politique » pour le ministre… Un peu minable, non ?

25 février 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.