Editoriaux - Politique - 13 novembre 2016

Quand la médiacratie se sent vaciller

Pour l’empire du bien, la nuit du 8 au 9 novembre, pendant laquelle tombaient les résultats des élections américaines, fut éprouvante. Il donna le pitoyable spectacle d’un système qui s’accroche à ses privilèges, mais est rattrapé par la réalité. Telle est la dure règle de la démocratie : le peuple est souverain.

Mais la médiacratie oligarchique, persuadée de détenir la vérité et le bien, ne peut plus se soumettre à de telles règles. “Persuadé d’avoir raison sans alternative possible, et de représenter à lui seul l’avenir du monde, ce courant transcourants s’autorise à s’imposer au-delà de la démocratie, ostracise ses adversaires par l’injure et juge légitime d’annuler les élections qui ne lui conviennent pas”, écrit la philosophe Chantal Delsol, au lendemain du triomphe de Trump. Tant qu’il y a un dèmos, il y a une démocratie. C’est pourquoi la médiacratie tombe si promptement dans une haine à peine voilée du peuple. Ce peuple, qu’on a voulu “changer”, à l’instar du think tank progressiste Terra Nova ou de Judith Butler, la papesse de la théorie du genre, qui propose dans son dernier livre (Rassemblement) de lui substituer une union des minorités raciales, sexuelles et économiques. Mais ce peuple qui résiste.

Significatif – et hilarant – est l’ahurissement sur le plateau du “Quotidien”, l’émission politique pseudo-pluraliste de Yann Barthès. C’est probablement, aussi, la raison pour laquelle les premiers articles de réaction furent si bâclés. La médiacratie s’est affolée pendant quelques heures, permettant des audaces assez incroyables, par des journalistes probablement en larmes. L’un d’eux sévit sur Slate, le journal d’Attali, et a franchi le point Godwin sans aucune retenue :

Hier c’était à Nuremberg ou à Berlin que des millions d’Allemands glorifiaient l’avènement d’un Fürher (sic) qui annonçait leur chute, aujourd’hui, de l’autre côté de l’Atlantique, un peuple animé de la même folie suicidaire, se choisit le plus insignifiant, le plus médiocre, le plus inconséquent des tyrans pour les conduire à l’échafaud,

avant d’appeler, comme tous les autres, à la résistance. Une résistance héroïque, on n’en doute pas.

Autre grande figure de résistance, ce journaliste de France Inter qui a appelé au meurtre de Trump, purement et simplement : “Trump redonne l’espoir aux Américains. L’espoir qu’il soit assassiné avant son investiture”, lance-t-il sous les rires de ces collègues. Le rire a toujours été un moyen de nier la réalité. Sauf qu’il ne la fait pas disparaître.

À lire aussi

« On est chez nous », ou le désir de politique

Pour comprendre le phénomène populiste, encore faut-il enlever les filtres idéologiques dé…