La terre irakienne, pourtant évangélisée par saint Thomas dès le premier siècle, perd chaque jour de son substrat : fondateurs reconnus du pays, les chrétiens sont contraints à l’exode et s’apprêtent à vivre un difficilement joyeux.

Depuis un an et demi, les djihadistes de l’État islamique progressent en et occupent non seulement la ville de Mossoul mais aussi toutes celles de la plaine de Ninive. Ils appliquent une de purification religieuse en pratiquant exclusion et discrimination contre les chrétiens, les mandéens et les yézidis.

Au sujet de discrimination, comme le démontrait l’article publié dans ces colonnes et intitulé « Discrimination : où et contre qui ? », il est important de rappeler aux bien-pensants culpabilisants qu’elle est interdite en France mais bien réelle en Orient où les musulmans fanatiques la font subir aux chrétiens.

À ce jour, on compte pas moins de 120.000 chrétiens – femmes, enfants, vieillards – chassés de chez eux pour l’unique raison d’être disciples de Jésus. Ils ont dû rejoindre des camps où ils subissent un quotidien épouvantable. Nulle comparaison possible avec « nos » et gaillards clandestins, habillés de marques et équipés de smartphones, qui, eux, sont douillettement installés par les préfets dans des casernes fraîchement réaménagées, des centres de vacances, voire des châteaux !

Même à Bagdad, la situation se dégrade. Le 13 décembre, des miliciens, probablement chiites, ont collé, sur les maisons des familles chrétiennes, des affiches utilisant de manière éhontée l’image de la Vierge Marie pour enjoindre le aux femmes. D’autres miliciens pénètrent les logements, menacent leurs habitants et les dépossèdent de leurs biens. Le patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako rapporte que ces exactions sont désormais commises en plein jour !

Face à l’insupportable silence médiatique et à la déshonorante inertie gouvernementale, réveillons la conscience publique, crions haut et fort : Assez ! Plus encore, montrons-nous solidaires de nos frères d’Orient : que chacun, à la hauteur de ses moyens, leur vienne en aide. Il en va d’ailleurs de notre propre intérêt car gardons bien à l’esprit que toute absence de réaction de notre part ne manquera pas de surexciter le fanatisme islamique, là-bas comme ici.

23 décembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.