Editoriaux - Sciences - Société - Table - 18 avril 2016

Prostitution, le délit contre les hommes

Le six avril dernier, une révolution s’est déroulée à la Chambre… pardon, à l’Assemblée nationale. Une « révolution dans les consciences », comme diraient de façon sentencieuse les nouveaux pharisiens puritains du bien-penser. Désormais, le client de prostituée encourt une punition inscrite dans le Code pénal !

Les contempteurs de la prostitution dénoncent, à juste titre, les conditions d’exercice de celle-ci. Il est intolérable que la prostitution soit l’objet de trafic d’êtres humains et de mauvais traitements. Cela est recevable pour toute activité ! La loi prévoit déjà tout un arsenal pour lutter contre le proxénétisme et l’esclavagisme. La France a la fâcheuse tendance à inventer de nouvelles lois avant d’appliquer les anciennes.

Mais la nouvelle loi n’a pas réellement pour but de mettre fin aux sordides trafics de filles. La prostitution est insupportable pour une partie des féministes qui y voit, non pas une façon de « disposer librement de son corps », mais la domination masculine sur la femme. Cette conception de la prostitution relève d’idées préconçues orientées. Elle oublie déjà qu’il y a des prostitués hommes, minoritaires sans doute. Elle omet surtout qu’il y a une autre prostitution que celle relevant de la misère sordide. Il n’est pas convenable, en ces temps de puritanisme pharisien, d’affirmer qu’il y a une prostitution heureuse, dite « haut de gamme », qui ne fait pas le trottoir des villes mais plutôt les salons de palaces. L’escort-girl, version contemporaine numérisée de la courtisane, n’est ni paumée ni battue, a fait des études, cumule un emploi respectable et son commerce interlope la nuit. Cette belle de jour existe, n’en déplaise aux moralisatrices bégueules, et c’est elle qui mène la danse. La demi-mondaine choisit ses clients et n’a de compte à rendre qu’à elle-même. Elle n’est pas plus dépendante financièrement que ne le sont des millions d’autres femmes de leur mari. Que pensent les féministes abolitionnistes des femmes riches qui s’offrent les services d’un gigolo ? Pourquoi s’en prennent-elles uniquement aux clients hommes ? Depuis cette nouvelle infraction, le client doit battre sa coulpe, culpabiliser et se soumettre à la toute-puissante doxa féministe.

Pourtant, les études montrent que le client de prostituée n’est ni un pervers ni un étrangleur de femme. C’est le plus souvent un homme en manque affectif, esseulé, à la recherche d’un succédané d’amour. Pourquoi vouloir en faire un délinquant ? Bien des femmes aiment les hommes puissants, riches et aspirent à être dominées, au moins dans les apparences, et les hommes seront toujours faibles envers la chair, c’est ainsi. Et alors ? Dans la sphère de l’intimité des relations humaines, mieux vaut laisser tomber la loi et s’en remettre au sens moral.

Rappelons-nous l’évangile selon saint Matthieu : « Je vous le dis en vérité, les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu. »

À lire aussi

Cahuzac : La Fontaine avait raison, dans tous les sens…

Frapper un homme qui est seul et à terre me répugne. …