Editoriaux - Politique - Table - 28 octobre 2016

Primaires : le candidat de la réalité contre 6 candidats de la télé-réalité

Monsieur Poisson vient d’obtenir l’absolution républicaine pour des propos épouvantables qu’il aurait tenus ; rappelons que la jurisprudence Zemmour aurait pu s’appliquer : on est responsable des propos que l’on aurait pu tenir, et qu’on les ait prononcés ou non n’est qu’accessoire… “Fermez le ban et n’y revenez plus”, a décidé la Haute Autorité pour la primaire de la droite et du centre. Cela n’a duré que jusqu’à ce soir, où il s’est (déjà) fait remonter les cales pour des propos sur… Alain Juppé…

Le revoici dans la course, malgré cette pitoyable tentative.

Décryptage des 7 candidats en 3.000 caractères à l’intention de ceux qui ont du mal à y voir clair.

D’un côté, les pieds nickelés : messieurs Juppy, Sarkozon et Fillé, contrairement à ce qu’ils essaient de faire croire, sont parfaitement interchangeables. Bénéficiant, à eux trois, d’environ un siècle de mandats électifs et ayant précipité le pays dans les mains de François Hollande, ils expliquent à qui veut l’entendre qu’ils sauront le redresser en cinq ans, finger in the nose… “Ben, c’est sûr que, pour faire ça, vaut mieux avoir déjà été aux manettes”, disent-ils en chœur… Le principe du vote utile commence à faire « pschittt »…

La madone des bobos, même pas piteuse après le coup bas qu’elle a essayé de porter, fixe son auditoire de son œil vitreux et faussement enjoué. Elle a utilisé, probablement, le métro comme une salle de shoot, elle qui nous avait expliqué qu’elle y vivait des moments de grâce. Elle peut en abuser, elle qui ne sait même pas quel en est le prix du ticket ! Faut-il expliquer sa présence parce qu’elle est polytechnicienne ou parce qu’elle est une femme ? Dans les deux cas, il fallait probablement respecter des quotas, au détriment de la compétence…

Bruno Le Maire est le digne héritier des politiques traditionnels que nous offre régulièrement la grande bourgeoisie depuis un siècle et demi : un air de gendre idéal, une couche d’amidon à défaut de perruque poudrée, une constance à être en retard d’une guerre ; c’est le candidat du Bottin mondain (j’ai vérifié, il y est !) mais il reste, en réalité, le meilleur candidat de la primaire de la droite et du centre… de 2007 ! Au prochain casting d’un président de conseil de la IIIe République, il fera sans doute un malheur !

Heureusement que le Conseil d’État devrait autoriser les crèches pour Noël prochain. Les santonniers ne manqueront pas d’embaucher monsieur Copé pour fabriquer leurs effigies du ravi de la crèche… Sa relation compliquée avec les pains au chocolat (quel récidiviste, quand même !) ne va sans doute pas l’aider à séduire les électeurs ; mais il fera peut-être un carton dans le Sud-Ouest, où il n’a pas encore évoqué le prix des chocolatines…

Dans toute cette cour des miracles – qui n’en a jamais fait et n’en fera jamais –, il reste le cas Poisson. Il a toutes les caractéristiques de l’OVNI, au moins trois : 1°) personne ne l’a vu venir, 2°) personne n’y croyait, 3°) tout le monde a désormais les yeux rivés sur lui en espérant que ce soit vrai… Le cabotin (calotin, disent ses meilleurs ennemis) en profite et on le voit partout sous les yeux furieux de ses compétiteurs… Pensez-vous, un gars qui préfère aller tirer sa clope à la mi-temps du débat plutôt que de se faire coacher par ses conseillers… C’est louche, non ?

Pour une fois qu’un politique sort du lot, on se demande ce que sera le verdict des Français, eux qui sont surtout, en matière d’élections, capables du pire… Espérons que celui-ci est derrière nous…

À lire aussi

11 novembre et 13 novembre : même combat !

La France a gagné la guerre et obtenu la paix car elle savait qui était son ennemi. Aujour…