Discours - Editoriaux - Politique - Table - 16 janvier 2017

Primaires de la gauche : le dernier concours des nuls…

Après le quinquennat le plus pitoyable de la Ve République, on s’attendait à une primaire de la gauche tout aussi pitoyable… C’est encore pire : un véritable concours des nuls. Walt Disney avait Blanche-Neige et ses sept nains, la France a désormais la primaire et ses sept nuls : Valls en Grincheux, Peillon en Prof, Hamon en Simplet, Rugy en Dormeur, Montebourg en Atchoum, Pinel en Timide et Bennahmias en Joyeux.

Discours vides, grands débats et petites mesurettes, réformes creuses, langue de bois… Chacun y va de son idée ou de sa découverte : on se croirait au concours Lépine ou à la bourse aux inventeurs. Il y a celui qui veut donner un revenu universel à chaque Français — 400 milliards : qui va payer ? On verra bien —, celui qui veut envoyer des infirmières ou des kinés dans les déserts médicaux pour remplacer les médecins, on évoque des sujets de la plus haute importance comme la lutte contre la grippe, bientôt le rhume des foins, chacun y va de sa solution pour faire baisser le chômage : que ne l’ont-ils fait plus tôt ?

On va aider les PME, les pauvres, elles sont trop taxées… Mais ça fait trente ans qu’on le leur dit et, depuis, beaucoup ont fait faillite ! Avec le revenu universel, dit Joyeux, on sauvera les agriculteurs car même si leurs exploitations ne rapportent rien, ils auront ça pour vivre et ne pas se suicider. Génial ! Quant à Prof et Simplet, ils vont embaucher des enseignants — 6.000, 10.000, 15.000 : qui dit mieux ? — et la France sera sauvée… Mais où va-t-on les trouver ? À peine recrutés au CAPES à 3,5/20 — et pourquoi pas sur leboncoin ? —, ils démissionnent. On va rebâtir l’Éducation nationale, reprend Atchoum. Mais on croyait que Prof l’avait refondée, lui qui confond les musulmans d’aujourd’hui avec les juifs de 42… Brillant, l’agrégé !

Valls, en Grincheux, fronce les sourcils et, l’œil noir, nous rappelle qu’il a gouverné, qu’il sait gouverner… et qu’il est fier d’avoir gouverné ! Au vu des résultats, il faut absolument qu’il se représente.

Perdue au milieu, l’unique naine, Timide, représentante des 0,5 % de voix du Parti radical qui n’existe plus que dans le Tarn-et-Garonne… Elle aussi, elle veut aider les PME ; décidément, quelle chance elles ont, celles-là ! Et Dormeur, l’ancien collaborateur d’Ayrault l’endormi, dort plus profondément que son maître… Soudain, une question le réveille, il a l’air hébété.

Ce sont eux qui veulent gouverner la France ? Entre Mélenchon qui dit incarner la vraie gauche et Macron qui n’est pas dans le système mais qui a les deux pieds dedans, les candidats du PS ressemblent à des baudruches traversées de courants d’air… Dans ce flot de verbiage de bois, on cherche en vain une vision d’avenir, une grande idée, une force pour notre pays ! Non, uniquement des mesurettes, des cadeaux pour tous, la hotte du père Noël. Le carnet de chèques électoral tourne à plein régime, peu leur importe, c’est l’électeur contribuable qui paiera.

Excédé, j’ai éteint la télé, je ne veux plus les voir. Je préfère regarder, à travers les carreaux de ma fenêtre, la pleine lune qui monte dans le ciel. Avant qu’il ne nous tombe sur la tête !

À lire aussi

L’apocalypse des bobos : cessons de confondre la planète avec l’humanité !

L’homme ne détruit pas la planète, il se détruit lui-même ! …