Editoriaux - Histoire - Médias - 3 décembre 2015

Comment Poutine soumet « l’hyper-impuissance » américaine

Le joueur d’échecs joue et gagne pour l’instant. Ses armes sont plus efficaces, et la Russie double les USA pour les ventes d’armements ; la recherche militaire russe ridiculise les gadgets US qui ont fatigué la planche à billets de Yellen ; la Russie signe des traités avec l’Inde et approfondit ses relations avec la Chine ; elle assiste la France et elle attend la chute du dollar et la désorganisation de l’Europe qui, comme un coq étêté dans la basse-cour de l’histoire, organise sur ordre l’invasion de son propre sol.

La chute de la maison Amérique se rapproche et l’on dirait que pour l’instant tout se passe bien, qu’on ne réagit pas trop là-bas, alors que les rapports du colonel McGregor, du général Flynn, du rabbin Zackheim soulignent la supériorité de la guerre conventionnelle russe et de la géostratégie de Poutine, qui se sert finalement du fait que son pays, et non l’Amérique, est au centre du monde. L’Empire russe, c’est l’île-monde de McKinder ; qui tient l’île-monde tient le monde.

Il suffisait simplement de le vouloir, d’adopter des programmes d’armement plus modernes et de motiver des troupes qui ne font pas la une du New York Times pour accepter gaiement les transsexuels (22 suicides par jour dans les rangs US). On sait aujourd’hui, par les experts américains eux-mêmes, qu’une division américaine ne ferait pas le poids en Europe ou ailleurs face à la Russie. On sait aussi que les progrès de la Russie et de la marine chinoise mettraient fin à la frime américaine en matière de porte-avions. C’est toute une logorrhée qui s’en va sous les huées de l’histoire, et que nous n’entendons pas encore de façon sérieuse dans nos médias si bien informés… Qui s’en étonnera ?

L’hyper-puissance américaine devient ainsi une hyper-impuissance, comme l’a souligné Philippe Grasset. Les socialistes français, successeurs de Guy Mollet, s’en mordent les doigts entre deux tueries ici. Mais on espère les pousser vers la sortie avant. La matrice américaine, qui n’a plus grand-chose à voir avec la défunte puissance US, fait signer en cachette ses infects traités de commerce et fait envahir l’Europe, elle-même dos au mur. Elle profite de ce que de Gaulle nomme “la peur du vide” dans ses Mémoires, à propos de la domination diplomatique anglaise sur cette France républicaine. De Gaulle souligne que les Américains n’assument pas la guerre.

En voyant le système US vaciller ainsi, je pense quand même à la vieille réflexion de Sun Zu, à la fin de son chapitre sur les manœuvres : il faut laisser une retraite à l’ennemi, sinon l’on s’expose à une tentative désespérée.

On verra si le Pentagone acculé, dirigé depuis vingt ans d’une main de mauvais maître, commettra l’irréparable – contre la Chine ou la Russie – tout en refusant de collaborer contre sa créature islamique, collaboration demandée par Vladimir Poutine.

À lire aussi

Islam : pourquoi la France est schizophrène

Il y a une bêtise crasse de notre « élite hostile ». …