Oz ta ! a réussi à relancer un débat d’idées qui s’enlisait dans les tactiques et les surenchères des candidats à la primaire. Mais, dans un ensemble qui a le mérite d’affronter les sujets tabous et d’insufler un esprit de (“de l’air” !), on trouve quelques mesures contestables. La plus criante est celle préconisant la fin du statut de fonctionnaire.

Certes, le poids budgétaire excessif que représente la fonction publique dans notre pays a contribué au déclin économique de la . Mais, sur ce plan, plusieurs leviers efficaces peuvent et doivent être actionnés sans qu’on ait besoin de supprimer le statut des : gestion des recrutements et des reconversions, temps de travail et âge de départ à la , non-remplacement de certains départs à la retraite. La droite avait su le faire, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Mais de façon insuffisante et aveugle : on sait aujourd’hui (mais beaucoup le disaient alors) que ce n’était bien sûr pas dans la et dans les armées qu’il fallait supprimer des postes… Et, surtout, cet effort de la droite au niveau de la fonction publique d’État avait été vain et quasiment neutralisé par l’augmentation infondée du nombre de fonctionnaires territoriaux. C’est ce levier-là que l’État central devra immédiatement actionner dès 2017.

Mais, plus profondément, il est paradoxal qu’une droite souverainiste, soucieuse de la protection des intérêts de la France et des Français dans un contexte intérieur et international chaotique, demande la disparition du statut de fonctionnaire. Certes, il serait conservé pour les fonctions régaliennes. Mais, dans un pays secoué par les tensions communautaristes, où s’arrête le régalien ? Quand c’est jusque dans nos écoles, nos et tous nos que surgissent les revendications de ce genre. Qui les arrêtera, si ce n’est l’État ? Et où sera l’État quand il n’y aura plus de fonctionnaires et que leurs fonctions auront été déléguées à des entreprises privées, à des contractuels ou des vacataires ?

Quand les vertus d’une mesure peuvent être atteintes par des moyens plus simples et quand elle comporte de graves inconvénients, à la fois concrets et symboliques, elle doit être écartée. Et faut-il rappeler que cette mesure serait aussi une grave erreur électorale, à l’heure où une grande partie des fonctionnaires souhaitent la restauration d’un État fort ?

Oui, la droite doit oser, mais elle doit aussi oser se défaire de certaines fausses bonnes idées.

31 mai 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Mort de Philippe Jaccottet, grand poète et prodigieux traducteur d’Homère

Philippe Jaccottet restera un modèle d'humanisme enraciné, dans un lieu et une culture eur…