Le ministère des Affaires étrangères français a dénoncé, le 9 novembre, dans un communiqué, l’implication d’un réseau de propagande russe, baptisé RRN (Recent Reliable News) ou « Doppelgänger » (du nom du « jumeau maléfique » des légendes) dans la diffusion massive, par de faux comptes X, des photos de ces étoiles de David, taguées avec un pochoir sur les murs du Xe arrondissement de Paris. Des centaines de « bots » auraient ainsi monté en épingle cette affaire. On apprenait quelques jours auparavant que deux Moldaves, payés par un homme d’affaires prorusse, lui-même moldave, étaient à l’origine de ces dégradations – des dégradations apparemment antisémites, mais dont l’objectif est encore plus pernicieux. Nous allons y revenir.

L’homme d’affaires moldave qui est à l’origine de l’opération, un certain Anatoli Prizenko, a été interrogé par Libération. Il définit la motivation de son geste comme la volonté d’« inspirer et soutenir les Juifs d’Europe ». Les inspirer en leur faisant croire qu’ils étaient encore plus visés qu’ils ne le sont déjà ? Cette explication ne convaincra personne, mais elle a le mérite de jeter une lumière crue sur ce que l’on appelle généralement les « manœuvres d’influence » - spécialité russe.

L'art slave de la désinformation

On peut faire remonter l’art pervers de la désinformation russe à la rédaction du Protocole des Sages de Sion par l’antenne française de l’Okhrana, police politique du tsar et ancêtre du KGB. Déjà ce goût de mettre les Juifs sur la touche – pour les « inspirer », peut-être ? Par la suite, le communisme ajouta à cette faculté naturelle, peut-être constitutive d’une certaine forme d’âme slave (allez savoir), une technicité d’un niveau inégalé pour le moment. Faux dissidents, faux textes, faux coupables pour vrais massacres (Katyń), faux procès (Moscou), fausses photos (Beria), fausses pétitions (l’appel de Stockholm)… On comprend qu’un tel savoir-faire n’ait pas pu se perdre, fût-ce avec la chute de l’URSS, le président du pays étant par ailleurs un ancien « guébiste ».

Au sujet de ce passionnant domaine de la guerre « hybride », comme on l’appelle désormais, on peut lire Vladimir Volkoff (Petite Histoire de la désinformation, mais surtout Le Montage, grand prix du roman de l’Académie française 1982), qui a déjà beaucoup dit. On peut aussi lire Sun-Tzu, qui a tout compris, il y a 2.000 ans, en revenant au texte, pas en lisant un compendium du genre « relire Untel », qui est toujours la marque d’un auteur médiocre sans imagination propre.

Dans ces ouvrages, comme dans bien d’autres, la question cruciale, s’agissant de l’influence, est celle de la cible. Les communicants d’aujourd’hui parlent de « public cible ». On voit bien, au sujet de la propagande agressive de la Russie en France, quel est l’objectif : fragmenter un peu plus le pays pour le mettre à genoux, sans avoir besoin de l’attaquer. Affaiblir sans bombarder : « Votre objectif doit être de prendre intact tout ce qui se trouve sous le ciel », disait Sun-Tzu. Le public cible, lui, et c’est là que notre camp (au sens large) a un devoir de lucidité, c’est le camp conservateur, anti-woke, patriote, appelons ça comme on veut.

Un « rempart de l'Occident » en trompe-l'œil

Regardons comme certains ratés de notre famille politique ont parfois une fascination pour les « régimes forts », les « hommes forts ». « Ah, ça, c’est un chef », soupirent les groupies de Vladimir Poutine. Certains, occultant la réalité, croient même au discours objectivement faux d’une Russie « rempart de l’Occident ». Il n’y a qu’à aller voir le taux de divorces, de suicides, de GPA illégales, les inégalités ou encore l’amitié entre Poutine et Kadyrov pour se faire un avis. Mais apparemment, c’est trop de travail que d’ouvrir les yeux. Le régime russe a une qualité objectivement respectable, et même admirable : il est patriote. Mais cette patrie n’est pas la nôtre, et nous ferions bien de nous en souvenir.

Cette nouvelle opération de manipulation vise peut-être à scinder objectivement la France en deux : un camp de droite avec les patriotes, plus les français juifs menacés, hésitant entre l’aliya et la radicalisation ; un camp de gauche, avec les cheveux de couleur, les clandestins qui violent les vieilles dames et la classe politique qui fait le trottoir. C’est tentant. C’est d’ailleurs le propre de la tentation : ça semble bien mais on sait que ça ne l’est pas. Un peu de courage, un peu d’intelligence. Ne laissons pas notre politique intérieure aux Russes.

6723 vues

10 novembre 2023 à 16:05

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. Et laissons encore moins notre politique intérieure entre les mains de l’UE, de l’Allemagne et de l’OTAN…C’est tout de même le plus préoccupant non, dans la mesure où nos gouvernants de tout poil (ou presque) leur sont inféodés ?

  2. Haro sur la Russie , donc? Comme l’âne de la fable « Les animaux malades de la peste ». Haro sur le baudet, ce pelé, ce galeux.
    Sardou nous chantait  » Si les ricains n’étaient pas là, vous seriez tous en Germanie, à parler de je ne sais quoi… »
    Et si les Russes n’avaient pas été là, à la même époque, où serions-nous aujourd’hui?

  3. Quelle blague ! En France, en Europe, aux Etats-Unis, en Australie,… et partout dans le monde, nous sommes le témoin d’actes antisémites multiples et parfois gravissimes à l’origine bien identifiable ! Cette histoire, c’est vraiment l’arbre qui cache la forêt, qu’elle soit fondée ou non d’ailleurs…

  4. Actuellement je souffre d’allergies …aussi j’en déduis que le grand président russe en est la cause ….pauvre France qui dérape complètement

  5. Je suis née française, de parents français réfugiés russes de la révolution bolchévique.
    Mon Père a servi sa patrie d’adoption, la France et il n’a pas hésité à risquer sa vie dans le Maquis de l’Oisans.
    Votre article est simplement consternant !
    Si vous croyez que les Russes ont besoin de réseaux d’influences pour détruire la France, vous vous trompez lourdement.
    La France se charge hélas elle-même de se détruire !
    Elle s’engage systématiquement à la remorque des USA dans l’impasse d’une guerre contre la Russie, dont rien de bon ne pourra sortir pour le peuple français.
    Malheureux peuple Français, qui a perdu le souvenir même de ses propres racines!
    Ce peuple qui fut naguère en Occident, le phare de la chrétienté indivisée du premier millénaire !
    Je me permets de vous conseiller de relire la vie des Grands Saints nés sur le sol de France et celle des grands poètes qui l’ont chanté.
    Amicalement Marie G.

Les commentaires sont fermés.