L’information est tombée sur les téléscripteurs, et le monde retient son souffle : Nicolas Sarkozy a répondu favorablement à l’invitation de à participer aux cérémonies du . Oh, « il ne s’agit pas de faire plaisir à François Hollande », précisent encore les proches de Sarkozy. « Il s’agit d’une présence symbolique pour son pays et les Français »

L’occasion de rappeler aux Français cette confession de Nicolas Sarkozy à Philippe de Villiers en 1999 : « Tu en as de la chance, Philippe, toi tu aimes la , son , ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir. » Rien à foutre des poilus donc, puisque c’est du passé. En résumé, il sera là pour une France qu’il n’a pas la chance d’aimer, et pour l’histoire de ce pays qui, dit-il, le laisse froid. Comprenne qui pourra, à moins qu’il ne s’agisse d’une petite sauterie pré-électorale entre « vrais républicains ».

Ainsi donc, les « poilus » n’échapperaient pas même à la pathétique récupération politicarde de leur mémoire, au nom de l’ennemi commun que voici, j’en mettrai ma main au feu : « plus jamais ça, l’intolérance, les extrêmes, ceux qui cherchent à diviser, la nécessité de l’Europe, fi du nationalisme, des frontières », etc. Une fois les choses rentrées dans l’ordre, les élections gagnées, le populisme vaincu, les slogans de remisés, il sera temps de retourner assidument à la gamelle au club « Le Siècle », à Davos, à Bilderberg, ou de retrouver de fructueux et péripatéticiens marchandages avec les lobbyistes à Bruxelles, pendant que la populace travaille. Enfin hormis le petit 18 millions de chômeurs en attente d’un job sur le continent.

Tout un symbole : « dans la foulée des cérémonies du 11 novembre, François Hollande partira à Malte, pour un sommet sur les migrants », nous précise Le Figaro. L’occasion de citer cette petite confession de François Mitterand au même Philippe De Villiers et entendue sur Radio Courtoisie :

« Francois Mitterand me l’a dit un jour, à Florence, dans un tête à tête que je raconte… Je lui dis : pourquoi avez-vous créé SOS ? Il me dit : parce que en 1983, on n’a pas pu faire autrement que d’ouvrir la France aux capitaux, donc c’est la des capitaux, ça veut dire qu’on abandonne les ouvriers à la mondialisation, me dit-il, il nous faut donc un électorat de substitution (…) Et on prend l’étoile jaune, dans mon bureau, et avec , Jacques Pilhan (conseiller de l’ombre) […] et on dit : on va faire la « main jaune ». On va l’accrocher aux vestons de toutes les stars, et avec ça on va vitrifier tout ceux qui seront contre l’immigration (…) On va expliquer à travers la main jaune que les juifs d’aujourd’hui, ce sont les immigrés. »

Tiens ça tombe bien, l’autre jour, suite à une bagarre générale survenue dans un camp de demandeurs d’asile à Hambourg, un migrant a dit la chose suivante : « Chaque pays a sa propre , les gens devraient être séparés en fonction de leur nationalité, on ne peut pas mettre tout le monde ensemble, ça ne crée que des problèmes. » Tu vois François ? (Hollande) : il ne veut pas de ton vivre ensemble, il veut des communautés séparées, il veut de l’apartheid.

Hollande, Sarkozy, Mitterrand ? En ce qui me concerne, il semble qu’avec eux, les occasions de nausée abondent.

10 novembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Dernières nouvelles d’Allemagne (et de Finlande) : « la terreur islamiste est une menace permanente »

Le 4 octobre dernier, un individu de nationalité syrienne a assassiné un touriste allemand…