Nous vivons une époque sidérante. Il est même difficile de trouver les adjectifs adéquats pour qualifier le temps présent, tant chaque jour apporte sa nouvelle marque, que l’on pourrait croire, à tort, indépassable. Au programme du jour, l’installation place Vendôme à Paris, d’un « plug anal géant » (sex toy spécialement dédié aux plaisirs inversés). L’œuvre est signée de l’artiste américain Paul McCarthy.

L’équipe de l’émission "Tracks", sur la chaîne franco-allemande Arte, présente l’exposition de Paul  Mac Carthy, place Vendôme, en ces termes : « Habitué des performances gargantuesques tendance scato, l’artiste américain Paul McCarthy s’apprête à couler un bronze géant place Vendôme à Paris, face au ministère de la Justice. » L’artiste est célèbre, notamment pour l’obsession qu’il porte au concept freudien de « stade anal » ; parmi ses créations les plus fameuses figurent des étrons géants, des sculptures zoo-pédophiles ou bien encore un père brandissant des godemichés. Paul McCarthy est bien coté et ses « œuvres » fortement pornographiques ne pouvaient être inconnues de la mairie de Paris, et de l’adjoint à la culture, monsieur Bruno Julliard (ancien du MJS, celui-ci s’est fait remarquer pour avoir publié un tweet dans lequel il souhaitait que les participants à la Manif pour tous soient victimes d’un attentat).

Pourtant, les dénégations de la gauche sociétaliste se sont multipliées hier. Nul ne semblait souhaiter assumer cette blague proctologique. À commencer par l’un des derniers soutiens du gouvernement, le journal . Par la plume d’un certain Quentin Girard, le journal a déclaré (dans un français très incorrect) : "La sculpture qui est un plug anal, mais un arbre en fait." En fait de rire, peut-être devrions-nous pleurer en lisant un tel mensonge. Le journaliste est-il inculte, mal renseigné ou de mauvaise foi ? Il feint, bien sûr, et se moque.

En effet, Quentin Girard se gausse ouvertement des « réacs » choqués par cette provocation, laquelle  n’a rien de transgressif mais tout de nihiliste.  Pour cet homme, défiguré par un sex toy géant, c’est drôle ; comme il le dit lui-même dans l’article, nous devrions « péter un coup ».

Plutôt que drôle, la provocation de Paul McCarthy est représentative du marché de l’art post-moderne, tant par sa morbidité formelle que par son vide esthétique. Cette installation est laide, scatologique, grotesque. Bref, c’est un néant qui n’a sa place que dans la collection d’un milliardaire sans affect spirituel, tels ceux que décrivait Houellebecq dans son dernier ouvrage, La Carte et le Territoire.

Une indignité de plus à porter au crédit de l’équipe de la mairie de Paris. Cette dernière synthétise, à elle seule, ce que le peuple français rejette désormais en masse. Ne parlons pas d’une élite déconnectée du réel et au goût douteux,  car « élite » est un mot qui ne sied guère à ces nains.

386 vues

17 octobre 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.