Pauvre . Agressé en plein , le voilà songeant à arrêter la . Les odieux malfaiteurs l’ont délesté de sa montre à 7.000, son portable et sa carte bleue. Le voilà tout nu. Bon pour la zone naturiste d’.

Comment avoir l’heure, dorénavant ? Comment appeler l’AFP ? Comment s’acheter une bonne conduite sans carte de paiement ? Ah non, la vie politique est décidément trop dure. Jusqu’à présent, la se contentait d’opérer ses méfaits dans des quartiers de pauvres. Voilà qu’ils débordent ! Qu’ils viennent jusque dans nos bras égorger nos montres et nos portables. Aux armes, citoyens !

Jean-Vincent Placé a raison de vouloir arrêter la politique. Les revenus sont trop élevés. Le risque de se faire dérober des objets de valeur trop important. Caissier dans un Lidl ou agent d’entretien à la ville de Paris, il passait une soirée tranquille dans un « Léon moules frites » à l’abri de tout risque de se faire dérober sa Swatch à 35 €. La politique est un métier beaucoup trop rémunérateur. Une reconversion s’impose.

Confronté aux dures réalités de la , Placé ne tient pas la distance. Il appelle sa mère, la , change de métier… Ne semble pas savoir que la criminalité explose. S’imagine peut-être au cœur d’un règlement de comptes idéologique… À quelle heure va-t-il redescendre sur Terre ? Comment peut-il répondre alors qu’il n’a plus de montre ? Soyons indulgent… Plus de carte bancaire, plus de portable… Autant enlever sa guitare à Eric Clapton. Le virtuose de l’arrivisme n’est plus rien sans le répertoire de son portable. Tous ces numéros de téléphone de personnalités influentes… Envolés ! Toute une construction relationnelle, une dentelle de connections utiles patiemment élaborée au fil des années anéantie en deux minutes. Ah ! les raisons d’en finir avec la politique ne manquent pas.

Il lui faudra recommencer ailleurs. Tisser tout un réseau pour entrer chez Lidl, et une fois dans la place, manigancer pour tenter d’accéder au poste de responsable du rayon . L’affaire n’est pas simple. Le chemin sera long.

Lèvre fendue, blessé au dos, dent cassée… Jean-Vincent Placé est l’une des premières victimes politiques du climat de violence qui gagne le cœur des villes. Quelques élus par-ci par-là ont été la proie de « chances pour la  » mais leur faible notoriété n’a pas retenu l’attention des médias. L’ampleur du phénomène pourrait toucher personnellement de plus en plus de personnalités au pouvoir et ainsi provoquer leur réveil. Un réveil Rolex à 8.000 ! À ce prix, nul doute qu’ils l’entendront sonner…

6 septembre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.