Un hommage a été rendu aux Invalides, mardi 11 juin, à Pierre Mauroy, de la de 1981 à 1984. De Jean-François Copé à Jean-Louis Borloo, en passant par les divers notables de la gogôche, l’UMPS était au grand complet.

Pierre Mauroy, semblerait-il, est en voie de se faire canoniser par le système médiatico-politique français. À y réfléchir, cette canonisation serait parfaitement cohérente.

Explication.

Qui était Pierre Mauroy ? L’homme des 39 heures, de la cinquième semaine de congés payés, de la retraite à 60 ans, certes… mais surtout l’homme qui a convaincu François Mitterrand, contre Jean-Pierre Chevènement, de maintenir le franc dans le Système monétaire européen en 1983. Le prix de ce maintien a été le fameux « tournant de la rigueur », qui s’est traduit notamment par une mesure scélérate, un coup de poignard dans le dos du peuple français. Depuis l’adoption de cette mesure, il est absolument indiscutable que la gogôche, malgré ses belles paroles, travaille contre les intérêts des travailleurs français.

Cette fameuse mesure, c’est la désindexation des salaires sur les prix. L’indexation des salaires sur les prix était une mesure incroyablement bénéfique aux Français, puisqu’elle permettait que les salaires réels ne soient jamais impactés en mal par l’inflation. Bien au contraire, l’inflation devenait quelque chose de positif pour le peuple puisqu’elle était synonyme d’augmentation de salaire. C’est grâce à ce système que les générations de l’après- ont pu si facilement devenir propriétaires. C’est aussi grâce à ce système que, sous les Trente Glorieuses, le salaire des Français a été en moyenne multiplié par trois. A contrario, c’est l’abandon de cette mesure qui empêche de fait les jeunes générations de devenir propriétaires de leurs logements et qui compresse, avec d’autres facteurs, les salaires de l’ensemble des travailleurs français.

Ainsi, outre qu’il a mis un terme à une séquence historique d’augmentation des salaires, Pierre Mauroy a semé les graines du calvaire social français actuel et ce, on y revient toujours, au nom de la construction européenne. Alors, quand nos grands médias osent présenter l’ancien Premier ministre comme le défenseur des ouvriers, on se demande vraiment de qui on se moque…

Les réformes de 1981, sur lesquelles l’UMPS est d’ailleurs revenu en quasi-totalité, pèsent peu, très peu, en comparaison de l’offensive néolibérale dont Pierre Mauroy s’est fait l’agent.

À l’instar de son ministre de l’Économie de l’époque, saint Jacques Delors, Pierre Mauroy symbolise ce qu’est devenu un homme d’État français : un individu sacrifiant les intérêts de la pour maintenir sous perfusion de notre sueur le délire européiste.

Dès lors, on comprend mieux pourquoi nos journalistes collabobos sanctifient cet homme de gogôche : il est remercié pour tout le mal qu’il a fait à la France.

110 vues

11 juin 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.