« Selon que vous serez riche et puissant… », la des hommes et le regard de ses contemporains ne seront pas forcément les mêmes. La preuve par le toujours épatant Pierre Bergé.

Dernière frasque en date du vieux milliardaire ? Insulter les journalistes du « Monde », quotidien dont il est l’un des propriétaires. Tout débute en mai 2011 avec un article rappelant le passé d’un ayant un temps résisté à tout, hormis à la Résistance. D’où ce poulet rageur : « Cet article immonde, à charge, digne d’un brûlot d’extrême droite, est une honte, il n’aurait jamais dû être publié… Je le prends en outre comme un acte anti-Bergé pour marquer l’indépendance du journal contre un actionnaire. Je regrette de m’être embarqué dans cette aventure. Payer sans avoir de pouvoirs est une drôle de formule à laquelle j’aurais dû réfléchir ! Je considère que contrairement à ce que j’ai voulu et à ce qu’ils prétendent, les journalistes du Monde ne sont pas libres mais prisonniers de leurs idéologies, de leurs règlements de compte, et de leur mauvaise foi. Tout cela est très grave. »


Ensuite, ce retweet hystérique à propos de manifestants pas très chauds sur le mariage des homosexuels : « Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de , c’est pas moi qui vais pleurer. »

Après, rebelote sur les journalistes du Monde, déjà étrillés pour la publication d’une page publicitaire siglée LMPT : « Profondément scandalisé que le journal Le Monde ait publié une publicité pour #lamanifpourtous contraire aux valeurs de ce journal », « Cette pub dans #LeMonde est tout simplement une honte et ceux qui l’ont acceptée ne sont pas dignes de travailler dans ce journal. À suivre ». À suivre avec un autre tweet de ce patron de combat, traitant son salarié Denis Cosnard de « connard ». Et dire que c’est le même qui reproche à un certain ses calembours pas toujours forcément désopilants…

Ce dernier n’a pas relevé. Mais comme toujours, les flèches les plus aiguisées viennent de l’intérieur. Daniel Schneidermann, donc : « Ces nouveaux actionnaires de presse diffèrent des oligarques plus traditionnels (Boussac, Dassault, Bouygues, Arnault, Pinault) qui se lançaient dans la presse pour la neutraliser, ou disposer d’un instrument de pression sur leurs concurrents ou sur l’État. Pourquoi se sont-ils acheté ces étranges entreprises, dont l’objet consiste théoriquement à éclairer les citoyens sur les grands enjeux politiques, géopolitiques ou environnementaux, et qui touchent pour cela de grasses subventions publiques ? On ne sait pas bien, et sans doute eux non plus. » 

Réponse par anticipation du même Daniel Schneidermann sur les possibles intentions de Pierre Bergé : « Son achat du Monde n’est qu’un simple défi d’esthètes, pour se désennuyer, par caprice, parce que c’est rigolo. »  Mais à l’origine de cette querelle de basse-cour, ce livre, peut-être, « Ils ont acheté la presse », signé Benjamin Dormann et édité par le très politiquement incorrect Jean Picollec…

En attendant, replongeons-nous dans un autre essai, celui de Pierre Bergé, édité chez Grasset en 1991 et intitulé « Liberté, j’écris ton nom »… Quelle imagination. Extraits choisis : « J’ai parfois même regretté d’être à ce point franco-français et de n’avoir pu trouver chez mes ancêtres la moindre origine étrangère. » Pauvre petit bouchon… Et la meilleure pour la fin : « Il est incontestable que la première des libertés est la de se dominer et de se gouverner soi-même, la liberté soi-même, la liberté de ne pas être dirigé par des appétits et des désirs qui n’auraient d’autre règle que celle de leur satisfaction. »

Voilà qui serait de nature à crucifier recta les revendications de LGBT… À croire que le vieux jeune homme à la dérive ne s’est même pas relu… La vieillesse, pour certains, a décidément tout d’un naufrage politique, moral et intellectuel.

Dommage, car grâce à lui, Yves Saint Laurent dessinait des fringues à peu près portables.

17 décembre 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.