Le mardi 21 avril, à 18 heures, le président de la République a remis les insignes de la Légion d’honneur
à M. . Un décret du 31 décembre 2014 avait, selon la formule consacrée, porté “élévation à la dignité de grand officier M. Bergé (Pierre, Vital, Georges), président d’une association de lutte contre le Sida, président d’une fondation culturelle”. Il est vrai que Pierre Bergé ne manque pas de titres. Sans compter qu’il est un des principaux actionnaires du Monde et de L’Obs. Ce grand militant de gauche, multimillionnaire de surcroît, ne semble pas insensible aux honneurs de la République. Ce n’est pas lui qui, comme Coluche l’effronté, déclarerait : “Si on voulait me donner la Légion d’honneur, j’irais la chercher en slip pour qu’ils ne sachent pas où la mettre.”

Pour être reçu dans l’ordre, il faut répondre à deux critères principaux : la nationalité et l’honorabilité. Le futur légionnaire doit avoir un casier judiciaire vierge et une bonne moralité. Une enquête est d’ailleurs effectuée pour s’assurer de la recevabilité des dossiers. Il ne nous appartient pas de juger si notre récipiendaire répond à ces critères : la grande chancellerie s’en est certainement chargée. Elle doit donc savoir qu’au moment du débat sur le mariage pour tous, cet homme, censé faire figure de modèle de civisme pour ses concitoyens, prit position en faveur de la GPA : “Louer ses bras à l’usine ou louer son ventre, c’est la même chose pour une femme”, c’est une évidence. « Avec éthique », bien sûr. Qui doutait que l’éthique fût l’apanage de la gauche ? C’est encore lui qui, le 17 mars 2013, à quelques jours de la manifestation du 24, retweeta ce message : “Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c’est pas moi qui vais pleurer.” Quelle démonstration d’humanisme ! Encore lui qui, le 18 août 2012, s’est élevé contre la publication dans Le Monde d’une tribune “qui [soutenait] l’Église avec des arguments réacs !” ou qui, à propos d’un encart publicitaire de la Manif pour tous, souligna que “cette pub dans Le Monde est tout simplement une honte, et ceux qui l’ont acceptée ne sont pas dignes de travailler dans ce journal”. Il a même reproché vertement aux journalistes du Monde certaines de leurs enquêtes. On admirera son sens de la liberté de la presse ! Quand on apprend que, récemment, il était prêt à racheter LCI, on est rassuré sur l’avenir d’une information transparente et objective. Ce ne sont là que quelques exemples édifiants d’actes citoyens.

Bonaparte qui, en 1802, institua l’ordre de la Légion d’honneur pour récompenser le seul mérite individuel, acquis et non transmis, s’il voyait la façon dont cette distinction est aujourd’hui bradée, se retournerait dans sa tombe. Dans Mon cœur mis à nu, Baudelaire écrivait qu’“il y a de certaines femmes qui ressemblent au ruban de la Légion d’honneur. On n’en veut plus parce qu’elles se sont salies à de certains hommes.” Baudelaire était certes misogyne mais, en la circonstance, ne fit-il pas preuve de lucidité ?

22 avril 2015

À lire aussi

Marine Le Pen est-elle le diable ?

Tout se passe comme si on voulait persuader les Français que l’élection de Marine Le Pen é…