Quand la Banque de France elle-même vient tirer le bilan de l’État macronien, difficile de parler de diatribe à charge. Et pourtant… L’institution n'agite pas vraiment les palmes d'un franc succès. L’économie française ressemble de plus en plus à l’économie de la non regrettée… Union soviétique : pénuries dans les magasins (voir notre article sur le lait), inflation galopante, déficits monstrueux, difficultés d’approvisionnement pour les entreprises… On ne parle pas du poids de l’État ni des réglementations tatillonnes installées en France de vieille date et qui ont résisté à tous les régimes. Selon les chefs d’entreprise participant à cette enquête de conjoncture (environ 8.500 entreprises ou établissements interrogés entre le 27 avril et le 4 mai), les sources d’inquiétude ne manquent pas. Certes, « la guerre en Ukraine et les mesures de confinement en Chine ont continué de marquer l’économie française en avril », note la Banque de France. Et le guide suprême qui réside à l’Élysée n’y est pour rien. Bonne fille, la banque ne compare pas ses chiffres ni ses prévisions avec les pays voisins de la France. Ca pourrait faire plus mal encore.

Mais elle prévient : les prix vont monter pendant que la richesse nationale, le fameux PIB (produit intérieur brut) patinera dans les grandes largeurs : « Sous réserve des évolutions à venir en juin, nous anticipons à ce stade une progression modérée du PIB au deuxième trimestre 2022, autour de +0,2 % par rapport au trimestre précédent », explique notre banque nationale. Pas de quoi illuminer la salle des fêtes de l’Élysée… L’économie française redécouvre, en 2022, les joies de la pénurie. « La part des chefs d’entreprise qui jugent que les difficultés d’approvisionnement ont pesé sur leur activité augmente dans l’industrie (65 %, soit son plus haut niveau depuis l’introduction de cette question en mai 2021, après 60 % le mois dernier) », poursuit la Banque de France, qui précise que « les stocks de produits finis sont jugés particulièrement bas dans les secteurs agroalimentaire et automobile, témoignant de la persistance des difficultés d’approvisionnement ». Il faudra mettre au clair ce que cette situation doit à la merveilleuse mondialisation de Macron et ses prédécesseurs, cette mondialisation qui a ouvert nos frontières aux quatre vents et nous a rendus dépendants de l’étranger pour tant de secteurs dans lesquels nous étions un pays puissant - en premier lieu l’agriculture. Pour les chefs d’entreprise interrogés, « l’augmentation des difficultés d’approvisionnement s’accompagne de hausses des prix des matières premières et surtout ce mois‑ci, de façon décalée, des produits finis », note froidement l’institution. Autrement dit, nous n’avons pas fini d’assister à la valse des étiquettes.

Pendant ce temps, l’économie française est en panne. « Sous réserve des évolutions à venir en juin, et dans un contexte toujours fortement incertain, la hausse du PIB au deuxième trimestre 2022 s’établirait autour de +0,2 % par rapport au trimestre précédent », note la Banque de France. On va donc attendre avant d’acheter le champagne en l’honneur des résultats superlatifs du Président Macron. L’homme qui écrasait de son mépris Marine Le Pen sur les thèmes économiques durant le débat d’entre-deux-tours de 2017 n’a toujours pas fait d’étincelles, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le coup de grâce est donné par l’Institut national de la statistique, qui prévoit lui aussi une croissance modeste accompagnée d’une inflation galopante, comme on ne l’avait pas vue depuis très longtemps : de 4,8 % en avril (estimation provisoire de l’INSEE), elle devrait dépasser les 5 % en mai et atteindre les 5,4 % en juin, sous la poussée des prix de l’alimentaire (+6,3 % prévus en juin) et des prix de l’énergie (+26 %) en juin. Résultat : la Macronie laisse aux Français leurs yeux pour pleurer… : un pouvoir d’achat en baisse de 0,5 point au deuxième trimestre après un recul de 1,5 point au premier trimestre. Le tout, malgré les faux cadeaux de la remise carburant ou du bouclier tarifaire sur le et l’électricité.

À ce désastre, les M. et Mme Mauvaise Foi qui pullulent dans les sphères gouvernementales et parmi leurs obligés médiatiques ajouteront : « Avec Le Pen ou Zemmour, cela aurait été pire. » Il n'y a rien à répondre. Comme disent les rationalistes de comptoir, « là, on est dans la croyance »...

7232 vues

12 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

66 commentaires

  1. Vous avez dit « Macron, Mozart de la finance  » ?
    C’est plutôt le capitaine du Titanic.
    C’est étrange, le bilan « Macron » suinte après les élections…
    Nous aurait on caché de vilaines choses ?

  2. Ce n’est pas ceux qui ont voté pour l’élu du 24/04 qui pleureront , ceux là bien fait pour eux , par contre nous qui le détestons , nous subiront la double peine .

  3. Finalement que des bonnes nouvelles pour la France, tout va bien ne vous inquiétez pas je ne vois rien d’alarmant pour l’avenir…

  4. Après les « Hochets » du quoi qu’il en coûte, voici venu le temps des « Hoquets » de la Vérité !
    OK …. ?
    Sans être mis au ban mondial de l’Economie, nous ne pourrons survivre avec :
    Une Redistribution de 36 % du PIB,
    Un déficit extérieur prévu de 100 Mds pour cette année,
    Les « chèques » de tous ordres pour calmer la future crise sociale,,
    Les 40 Mds d’augmentation des intérêts de notre Dette (budget de l’Armée, en passant…) gigantesque de près de 3.000 Mds !
    Accrochez vos ceintures…

  5. Oui peut-être..mais sinon le ministère de La Défense nous fait une annonce fracassante en nous dévoilant ( sic ) le nouveau camouflage des treillis de notre armée de terre …c’est bfmtv qui a eu la primeur de l’info …et toc ! Ça rigole plus , Poutine n’a qu’à bien se tenir

    1. Pour remplacer les cartouches que nous ne fabriquons plus, il faudra prévoir une commande d’arcs et de flèches.

  6. Je n’aime pas Macron, mais lui faire porter le chapeau de l’envolée des prix de l’énergie est particulièrement crétin. La responsabilité en revient à l’invasion de l’Ukraine (du moins sa tentative…) par la Russie. Tout le reste n’est que mauvaise foi.

  7. Tout va bien. C’est notre Président qui le dit. Les taxes d’habitation vont diminuer, le taux des livrets A est monté de 100%, les pensions de 1,1%, le SMIC de 2 %, les prix de 10% ou plus. Les partis classiques rivalisent en démagogie sans se rendre compte qu’il n’en est plus question et qu’il va falloir rendre des comptes. Les USA et les pays Européens sont à la même enseigne et ils ne nous feront pas de cadeaux. Seule l’industrie d’armement est prospère. Jusqu’à quand ?

  8. Ben non, je l’ ai pas voulu mais je l’ ai : vous aussi alors soyons sérieux.
    Le temps des gamineries est passé il faut élire nos députés, quand je vois des partis pro islam se mettre en ligne et des benets écrire, je n’ irai pas voter que dire?

    1. comme vous je ne l’ai pas voulu, n’y hier ni avant hier, et pourtant je l’ai et j’enrage !
      Evidemment il faut élire nos députés, c’est bien le moins!
      Mais comme vous dites gentilment  » les benets », moi je dirais les C— , vont continuer à ne rien comprendre à ce qu’il se passe, hélas !!

  9. Mais puisque Le Maire disait avant l’élection que tout va bien, voyons!
    Plus sérieusement, la France construit depuis 40 ans un collectivisme de plus en plus idéologique et contraignant. Rien d’étonnant à ce que ça ne fonctionne pas.
    Le jour où nous aurons des dirigeants libéraux (dans le vrai sens du terle) et intègre, ça pourra changer. Encore faut-il que les Français cessent de compter sur l’Etat nounou (qui est en fait une marâtre)

  10. Dés 2017 en écoutant les discours de Campagne du Sieur Macron jusqu’à crier comme à la foire aux bestiaux, et ses paroles « au delà des Partis, et quelque soit le Grade » je savais que l’on était mal, très mal, dans le Secret des Loges, avec la Mondialiste en réseau comme Guide suprême, pour l’Empire qui ne peut amener que Guerres. En voila 2 en un Quinquennat. Et laisser l’agression à d’autres puissances, c’est perdu d’avance pour longtemps. Nous voila « confinés » en alimentaire !

  11. Et la mondialisation des échanges a eu des effets dévastateurs.
    Dans la santé, des médicaments fabriqués ailleurs , hors Europe.
    Dans la Défense nationale , les cartouches, les douilles sont achetées en Israel et aux Emirats arabes unis.
    Toujours dans la Défense nationale, les Etats Unis viennent de décider un changement de calibre des armes légères pour leur armée 6,8 mm au lieu de 5,56 mm , un calibre non homologué par l’OTAN, et qui va nous obliger à terme à acheter de nouveaux fusils…

  12.  » L’économie française ressemble de plus en plus à l’économie de la non regrettée… Union soviétique. » Cela n’a rien d’étonnant pour une dictature communiste où tous les pouvoirs sont réunis dans une seule main. Avec une spécificité : cette main est guidée par une autre dictature communiste située à Bruxelles, elle-même sous les ordres de Washington relayés par Berlin.

  13. cela ne fait que commencer l’élève de Biden (Macron ) a tout fait pour que nous soyons a la merci des USA

  14. Pas besoin d’un pseudo-rapport de la Banque de France pour constater les résultats catastrophiques de la macronie.
    Cependant, les dernières élections présidentielles démontrent que les français en redemandent, donc, laissons-le pourrir le pays jusqu’aux racines.
    Mais, aucune plainte postérieure ne sera admise.

  15. Les premiers à trinquer seront ceux qui ont élu Macron : les retraités …
    Leur lacheté, qui pourrait être résumée par « Après moi le déluge! », sera récompensée. Pas besoin d’être devin pour comprendre ce que vont devenir leurs pensions avec l’inflation provoquée par l’emballement de la planche à billets, la raréfaction des matières premières, et le reste des conséquences de la guerre en Ukraine. Macron n’a plus besoin d’eux et va les sacrifier comme de vieilles serpillères.

    1. Stupide d’incriminer les retraités, évidemment sur représentés dans le vote : ils votent et les autres s’abstiennent. Et la gauche à apporté 30% à EM

    2. Oui, mais 32 % des retraités ont voté contre Macron, ne les oublions pas.

    3. Je suis retraitée et je n’ai pas voté pour M.Macron ,et je ne suis pas la seule. N’oubliez pas les abstentionnistes qui sont les premiers à se plaindre après les élections .

  16. Ce qui est consternant, c’est que cette fois-ci encore, on est venu nous raconter qu’il fallait voter Macron pour sauver l’économie !… Alors que, grâce aux décisions de nos grands économistes depuis 30 ans, l’économie de notre pays est complètement démolie : dette énorme, récession, inflation battant des records, balance commerciale archi-déficitaire, ceci faisant suite à la désindustrialisation depuis les années 90, qui nous rend dépendants pour à peu près tout. Bravo. les brillants économistes

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter