Pauvre Cambadélis, le repris de justesse du PS. Il a tellement salivé pour le poste de chef des socialistes que, de lasse, il l’a eu. Pas de chance, pour les régionales, il se fait piquer son job par Valls et Bartolone, les seuls à éructer en campagne. Lui, Camba, il organise le deuxième tour. De nouveau pas de chance, il n’arrive pas à se faire obéir ! Allez ! Youps ! Pôle Emploi.

Pauvre Ségolène, surnommée « les cols hauts » pour sa propension compulsive à se montrer. La COP 21, tous les chefs d’État du monde, de quoi claquer les bretelles, saturer les écrans et les micros : « Moi avec Barak, par-ci », « Moi avec Vladimir, par-là », « Moi déguisée en Marianne de Delacroix, le sein droit découvert, la bannière verte au vent », « Moi… », « Moi… », « Moi… ». Pas de chance ! Le gars qui a raflé la mise avec sa tête de bébé âgé et sa cravate layette, c’est Fabius. Au moment du coup de marteau, elle a bien essayé de se tortiller pour être sur la photo, mais re-pas de bol, elle est floue. Allez ! Youps ! Pôle Emploi.

Pauvre Bartolone, la vedette du « Dé- show » du 9-3 ! Comme il n’a rien à proposer d’intelligent et comme il n’a jamais rien eu à proposer d’intelligent, alors, il injurie. C’est son truc, lui, l’injure, grosse, grasse, bien dégueulasse. La veille du second tour, il a qualifié d’« obscène » le mouvement de la Manif Pour Tous. Ce type devient grotesque : il persévère, il perd ses nerfs. En plus, il n’a pas le courage de démissionner pour faire campagne. Qui est obscène ? Allez ! Youps ! Pôle Emploi.

Pauvre Manuel, il nous joue la « chevauchée du Valls qui crie » ; hagard, hébété, tremblotant du poignet, il prédit la civile, rien de moins, si un parti est porté à la régulière par des électeurs à la tête d’une région. C’est hallucinant d’en être là ! Ce monsieur n’est pas de la France, mais Premier ministre des socialistes : ça fait quand même un gros 80 % de la population française privée de Premier ministre. Si c’est ça, occuper Matignon, alors Youps ! Pôle Emploi.

Pauvre Hollande ! Sa cote de popularité, comme un canard en plastique, flotte sur le bain lacrymal. Il a tout raté, sauf les cérémonies funèbres ; aux Invalides, il a gagné le surnom de « Père la chaise ». Alors il en rajoute et envisage de clouer la Légion d’Honneur sur les cercueils du 13 novembre. Une petite larmichette, un petit coup de clairon, et hop, + 10%. Pitoyable et pathétique.

Les bassesses socialistes, les dénis en tous genres, les tourne-culs, tous ces arrangements honteux qui font – on en est certains maintenant – partie de leurs « valeurs de « leur » république », ont réussi à distordre, à maquiller, à truquer les résultats de ce scrutin.

Quelle interdira à tous ces guignols de jamais, jamais, prononcer le mot « démocratie » ?

Allez ! Vivement dimanche… 14 mai… 2017

268 vues

14 décembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.