Les socialistes sont, décidément, impayables. Retranchés derrière les murailles inexpugnables d’une amnésie volontaire que seule la nostalgie de leurs icônes de jeunesse soixante-huitardes peut valablement expliquer, ils oscilleront toujours entre négationnisme éhonté et mauvaise foi. Ainsi, pour l’apparatchik Jean-Louis Bianco, ci-devant ministre mitterrandien, ancien codirecteur de campagne de Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle de 2007 et, depuis 2013, président de l'Observatoire de la laïcité, "la polémique sur Cuba [suscitée par Mme Royal, NDLR] est disproportionnée : Castro n’est pas Staline, la révolution cubaine n’est pas la répression d’Assad sur son peuple" (Twitter, 6 décembre).

Bref, dans l’échelle des comparaisons historiques, pour Bianco comme pour les « progressistes » du même tabac, Kim Jong-un n’est pas Pol Pot, la Corée du Nord n’a rien à voir avec le Kampuchéa démocratique. Lénine n’est pas Staline, la nouvelle économie politique n’a rien à voir avec la grande famine ukrainienne de 1932. Mao n’est pas Hồ Chí Minh et la « grande révolution culturelle prolétarienne » n’a rien à voir avec les campagnes de « rééducation » vietminh. Le Sentier lumineux (groupe armé révolutionnaire maoïste au Pérou, dans les années 1980, particulièrement sanglant, NDLR) n’est pas le MPLA (Mouvement populaire de libération de l’Angola, mouvement marxiste-léniniste, NDLR) et Staline n’est pas Hitler, le génocide de races des nazis n’étant pas commensurable aux génocides de classes soviétiques.

Poursuivant cette surenchère folle et surréaliste caractérisant ces invraisemblables réécritures historico-idéologiques, d’autres épigones de Bianco ont pu affirmer que la traite négrière transatlantique n’avait rien à voir avec l’esclavagisme arabo-musulman ou les traites intra-africaines (Christiane Taubira allant même jusqu’à déclarer qu’"il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les “jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l'héritage des méfaits des Arabes”", selon Éric Conan, L’Express, 4 mai 2006). Mais si la colonisation européo-occidentale en Afrique fut un crime inexpiable, le remplacisme afro-islamique de type néocolonial à l’œuvre en Europe le rédime en ce qu’il est une « chance », sinon une nécessité tant économique que démographique.

Dans la même veine, ils se refuseront, horresco referens, à reconnaître que leur République sacro-sainte et irréprochable a enfanté, en Vendée, le premier crime planifié de masse, sans que ses thuriféraires et zélateurs sectaires en aient, à ce jour, expié la plus petite goutte du sang des martyrs.

Au mémorial des sophismes mensongers et autres relativismes douteux, les mêmes estiment que la peine capitale n’est pas comparable à une IVG, la condamnation à mort suivant un procès équitable par un État doté du monopole de la violence légitime s’avérant, pour ces âmes sensibles, définitivement incompatible avec les droits de l’homme quand l’holocauste légal consistant à supprimer 200.000 fœtus par an de la surface de la Terre ne leur soulève ni le cœur ni des remords.

Mais ces souverains du bien vous objecteront l’argument ultime et incapacitant : « Pas d’amalgames ! » Au nom d’un devoir d’inventaire aussi artificiel que partial, ils réclament la sanctuarisation d’idées et d’hommes abusivement escamotés et tout aussi indûment convoqués à la barre de leur imputrescible bonne conscience idéologique.

Finalement, de leur islamophilie empâmoisée à leurs idolâtries gaucho-républicaines, nos sectateurs se complaisent dans le culte morbide et mortifère à leur propre propension à sortir de l’Histoire, ce, au nom d’une conception furieusement hémiplégique de celle-ci. La haine de soi, en d’autres termes.

6118 vues

6 décembre 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.