Accueil Culture Parti socialiste : vers un divorce par consentement mutuel ?

Parti socialiste : vers un divorce par consentement mutuel ?

Branle-bas de combat à gauche. La victoire de a rebattu les cartes dans des proportions peut-être encore plus importantes qu’attendu. Première conséquence visible : une partie du courant des « réformateurs » du Parti socialiste, comprenant environ une soixantaine de parlementaires, pourrait franchir le Rubicon en soutenant officiellement Emmanuel Macron. À l’initiative de Christophe Caresche et Gilles Savary, une vingtaine de parlementaires, loyaux à François Hollande durant le quinquennat, ont signé un appel au « droit de retrait ». Certains d’entre eux pourraient, néanmoins, ne pas se précipiter, si leurs circonscriptions se trouvent dans des endroits ayant largement plébiscité le champion de la gauche culturelle. On le sait, les élus sont parfois courageux, mais rarement téméraires.

Toutefois, les récalcitrants ne masqueront pas la profonde division qui s’est fait jour au sein d’un Parti socialiste naguère uni, pour le meilleur et pour le pire. En effet, les pétitionnaires estiment que le discours de Benoît Hamon ne leur ressemble pas. Ainsi, le susnommé Gilles Savary a notamment dit : « On a l’impression qu’en trois jours, on a changé de parti sans que jamais nos militants n’aient été consultés. […] On ne se retrouve pas dans une valeur travail dépréciée et la promesse d’une société assistancielle dont on ne sait absolument pas comment elle serait financée. Par-dessus tout, ce quinquennat que Hamon juge insoutenable, nous l’avons défendu devant nos électeurs pendant cinq ans. Et il faudrait aujourd’hui défendre le contraire ? »

Cette critique fait écho à des rumeurs en provenance de l’Élysée. Il se murmure que François Hollande conditionnerait son soutien au fait que Benoît Hamon veuille bien assumer le bilan quinquennal de sa présidence. Un exercice d’équilibriste difficile qui contraindrait le Breton à revenir sur ce qui a fait l’essentiel de son succès, c’est-à-dire, très précisément, le rejet de François Hollande. Benoît Hamon réinvente le Parti socialiste français. Il en fait le véhicule d’une horreur conceptuelle absolue, une gauche 2.0 qui aurait totalement tourné le dos à la France de Renan. C’est habile. L’espace politique de cette formation n’étant plus aussi important qu’avant, Benoît Hamon s’enfonce dans les brèches toujours ouvertes. Quant à Emmanuel Macron, nourri par les mêmes idées – celles de ses mentors et sponsors que sont, par exemple, messieurs Attali et Minc -, il tente, plus adroitement, d’unir la gauche Terra Nova au centre droit mondialisé. De Jean-Luc Mélenchon à Benoît Hamon, en passant par Emmanuel Macron, le nomadisme aura trois porte-étendard de différentes sensibilités pour le représenter en avril prochain.

La force d’Emmanuel Macron est qu’il a réussi à se défaire, par un habile tour de passe-passe, de l’étiquette qui devrait normalement lui coller à la peau. S’il vient de la gauche de gouvernement, comme le prouve d’ailleurs sa participation active au quinquennat de François Hollande, Emmanuel Macron n’y est curieusement plus assimilé. Par la grâce d’une communication bien huilée, avec l’appui de nombreux médias et relais d’opinions, l’ancien ministre de l’Économie s’est transformé en messie de l’omnilibéralisme, créature prométhéenne brandissant fièrement son optimisme communicatif. N’oublions pas qu’il a, longtemps, eu la passion du théâtre… En fait, son positionnement, mal compris sous nos latitudes, ressemble trait pour trait à celui d’une Angela Merkel. Il est un candidat de synthèse, dans les deux sens du terme, se rêvant en champion d’une coalition technocratique et utilitariste, animée par le « bon sens ». Bref, le rêve de la post-démocratie en marche.

Les manœuvres élyséennes, fomentées par les Gantzer et les Jouyet, sont évidentes. Ils veulent Macron à l’Élysée et Hamon en poste au 10, rue de Solférino. Ils éliminent patiemment tous les obstacles qui pourraient se dresser face à eux. Jean-Luc Mélenchon devrait en pâtir, frappé par un phénomène d’usure qui affecte tous les protagonistes de l’élection présidentielle de 2012, à l’exception de la présidente du Front national. Une séquence que les Français semblent vouloir clôturer. Il reste un caillou dans la chaussure de ces marcheurs. Un petit village gaulois résiste, envers et contre tout. Marine Le Pen ne faiblit pas, sûre de son fait. Elle est la seule candidate proposant de s’attaquer frontalement à deux gros chantiers : l’Union européenne et la politique migratoire. Il faut, maintenant, exprimer une idée-force : l’égalitarisme tue le mérite, nivelle par le bas. Seules les libertés permettent aux Français de réussir. Si nous voulons que nos enfants aient des ailes, il faut leur donner des racines !

À lire aussi

Élections allemandes : quels changements pour le « couple » franco-allemand ?

Au défi allemand, Emmanuel Macron répond par l’offensive, prenant le risque de se découvri…