Non content d’être devenu best-seller, le livre de serait en train d’inspirer le langage courant. En fin de réunion ennuyeuse, aux guichets d’Air France pendant la grève, sur , devant la machine à café, sous la douche ou au sortir des bureaux du Trésor public, chacun y va de son « Merci pour ce moment ». Clin d’œil à la cantonade. Second degré, ou troisième, selon la gravité de la situation.

En tant que bibliographe officiel de Valérie Trierweiler dont l’unique œuvre figure en bonne place sur mon unique étagère, je tiens à rappeler pour la vérité historique de cette passionnante affaire que l’expression « Merci pour ce moment » fut en réalité inventée par François Hollande dans un texto bien senti envoyé à sa promise au lendemain de leurs premiers baisers échangés sous la pluie et sur la bouche de métro « Filles du calvaire ». Mais au diable les détails romantiques et passons à la caisse. Quid du droit d’auteur ? 20 centimes d’euro par « Merci pour ce moment » semblent raisonnables. Qu’attend l’artiste pour récolter le fruit de son inspiration et ainsi redresser les finances de la France ?

Le directeur général de la SACEM me signale, à l’instant même, que le relevé des expressions au détour des phrases de chaque Français s’avère d’une grande complexité. Soit. Reconnaissons la difficulté. Alors une chanson. Céline Dion chante Valérie Trierweiler. « Thank You for This Moment ». Un triomphe sur la scène de Las Vegas. Tube international. L’auteur encaisse, la France repart.

Parvenu à ce point de déconfiture, le gouvernement n’a plus d’autre choix que de capitaliser sur son amateurisme. « La liste des impayés de Thévenoud ». Le film. Trois heures trente d’un suspense haletant. Va-t-il payer à la fin ?

Ceux qui, aujourd’hui, reprennent l’expression « Merci pour ce moment », sourire narquois aux lèvres, sont ceux-là mêmes qui, hier, votaient Hollande et voteront Jupkozy en 2017. Faute de barricades et de poings levés, on rigole mou. Seuls les sondages témoignent du refus populaire. Pour le reste, le populaire se contente de quelques plaisanteries… Résigné, fataliste… Il est aux abonnés absents… Pour le moment.

24 septembre 2014

À lire aussi

Où loger les rats et les punaises de lit ? Les écolos strasbourgeois sont inquiets

Un peu d'humanisme, que diable ! …