Non content d’être devenu best-seller, le livre de serait en train d’inspirer le langage courant. En fin de réunion ennuyeuse, aux guichets d’Air pendant la grève, sur Twitter, devant la machine à café, sous la douche ou au sortir des bureaux du Trésor public, chacun y va de son « Merci pour ce moment ». Clin d’œil à la cantonade. Second degré, ou troisième, selon la gravité de la situation.

En tant que bibliographe officiel de Valérie Trierweiler dont l’unique œuvre figure en bonne place sur mon unique étagère, je tiens à rappeler pour la vérité historique de cette passionnante affaire que l’expression « Merci pour ce moment » fut en réalité inventée par dans un texto bien senti envoyé à sa promise au lendemain de leurs premiers baisers échangés sous la pluie et sur la bouche de métro « Filles du calvaire ». Mais au diable les détails romantiques et passons à la caisse. Quid du droit d’auteur ? 20 centimes d’euro par « Merci pour ce moment » semblent raisonnables. Qu’attend l’artiste pour récolter le fruit de son inspiration et ainsi redresser les finances de la France ?

Le directeur général de la SACEM me signale, à l’instant même, que le relevé des expressions au détour des phrases de chaque Français s’avère d’une grande complexité. Soit. Reconnaissons la difficulté. Alors une chanson. Céline Dion chante Valérie Trierweiler. « Thank You for This Moment ». Un triomphe sur la scène de Las Vegas. Tube . L’auteur encaisse, la France repart.

Parvenu à ce point de déconfiture, le gouvernement n’a plus d’autre choix que de capitaliser sur son amateurisme. « La liste des impayés de Thévenoud ». Le film. Trois heures trente d’un suspense haletant. Va-t-il payer à la fin ?

Ceux qui, aujourd’hui, reprennent l’expression « Merci pour ce moment », sourire narquois aux lèvres, sont ceux-là mêmes qui, hier, votaient Hollande et voteront Jupkozy en 2017. Faute de barricades et de poings levés, on rigole mou. Seuls les témoignent du refus populaire. Pour le reste, le populaire se contente de quelques plaisanteries… Résigné, fataliste… Il est aux abonnés absents… Pour le moment.

24 septembre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Véganisme : des interdits sans fin

Sur RTL, le 5 mai, un débat autour du veganisme vire assez vite à la remise en cause de l'…