Les catholiques doivent-ils s’en réjouir ou s’en inquiéter ? Les dominants ne tarissent pas d'éloges sur le nouveau pape. du 6/7 octobre fait sa une sur son « état de grâce ». du 8 octobre salue le « grand communiquant » qui fait sa « perestroïka » (bigre !). Il se réjouit de sa visite spectaculaire à Lampedusa, de sa dénonciation de « la mondialisation de l’indifférence » et de son questionnement « qui suis-je pour juger un homosexuel ? ».

Le journal des Pigasse, Niel et autres Bergé ne nous avait pas habitués à un tel déluge de félicitations !

A contrario, le discours de Ratisbonne du lumineux Benoît XVI, son voyage africain où il rappela les règles morales de l’Église catholique et son ouverture à la tradition lui avaient valu une série de campagnes de diabolisation.

Avant même d’entrer en conclave, le cardinal Ratzinger avait été désigné par les médias dominants comme un danger. A contrario, à peine élu, le pape François bénéficia d’un grand soutien médiatique.

Reste à savoir s’il vaut mieux parler aux foules ou s'adresser au cœur et à la raison des fidèles ? Et quel prix théologique ou moral faut-il accepter de payer pour plaire aux médias ? Que penser d’une certaine forme d'humilité ostentatoire consistant à se faire filmer en portant ses bagages ? Et peut-on porter la charité en bandoulière alors que le catéchisme pour les enfants enseigne qu’elle doit se faire dans la discrétion ? Quant aux peuples européens, soumis à la pression permanente de la culpabilisation et de la repentance, est-il bien juste et bien honnête de leur rajouter le fardeau des noyés de Lampedusa, d’abord victimes de l’incurie africaine ? Au risque de devenir un personnage du Camp des Saints de Jean Raspail.

N'est-ce pas cela, se soumettre à la tyrannie médiatique ?

À tout prendre, y a-t-il beaucoup de différences entre Manuel Valls et François ? Entre le ministre franc-maçon et le pape jésuite ? L'un et l'autre ont fait des médias leur champ de présence principale. L'un et l'autre sont de notre temps. L'un et l'autre sont des médiagogues, des hommes qui cherchent à plaire aux médias. « Où sont les caméras ? » est-il un slogan suffisant pour gouverner l’Église ou prétendre devenir président de la République ?

54 vues

9 octobre 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.