En 1784, Emmanuel Kant publie Réponse à cette question : qu’est-ce que les Lumières. Dans cet opuscule, il définit les Lumières comme la sortie de la minorité pour le peuple. Dès lors qu’il est adulte, un homme se doit de penser par lui-même ; c’est la majorité. Pour cela, il lui faut l’éducation qui lui permettra de faire un usage autonome, c’est-à-dire libre, de sa raison. Contre ces Lumières se dressent les tuteurs, qui tirent avantage de la minorité pour asseoir leur pouvoir et servir leurs intérêts. Cette idée sera reprise par de nombreux penseurs progressistes qui sont souvent honorés par la gauche.

Le 23 mai 2016, madame Vallaud-Belkacem était l’invitée de la matinale de France Culture/La Croix. Interrogée sur le mot d’ordre “ça va mieux” de François Hollande, elle a répondu : “Un responsable au sommet de l’État, […] a un peu un rôle équivalent à celui que peut avoir un père de ou une mère de famille à l’égard de ses enfants.”

Ne vous inquiétez pas, mes petits Français, papa François et maman Najat veillent sur vous. Ne vous compliquez pas la vie en pensant, le brave gouvernement socialiste se sacrifie en le faisant pour vous. Voilà le discours de la ministricule de l’Éducation nationale. Exactement le discours des tuteurs que Kant dénonçait. Tout le contraire des ambitions (au moins affichées) de Jules Ferry et de ses successeurs.

On s’étonne du silence de la gauche qui devrait s’insurger d’une telle trahison de ses idéaux. On comprend que les réformes menées depuis le début du quinquennat dans l’Éducation nationale (réformes des rythmes scolaires, du collège) ne visent pas à permettre aux Français d’user librement, une fois adultes, de leur raison en les instruisant, mais d’en faire des enfants obéissants leur vie durant.

Nous invitons la locataire de la rue de Grenelle à lire les Mémoires sur l’instruction publique de Condorcet ; il doit bien y en avoir une édition dans son ministère, sans doute sur une étagère poussiéreuse : “Plus les hommes sont disposés par éducation à raisonner juste, à saisir les vérités qu’on leur présente, à rejeter les erreurs dont on veut les rendre victimes, plus aussi une nation qui verrait ainsi les lumières s’accroître de plus en plus, et se répandre sur un plus grand nombre d’individus, doit espérer d’obtenir et de conserver de bonnes lois, une administration sage et une constitution vraiment libre.”

La Terreur a guillotiné Condorcet. Madame Vallaud-Belkacem va-t-elle le tuer une deuxième fois ?

25 mai 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.