« Le pacte de plutôt que le pacte de stabilité », dixit François Hollande devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles, ce 16 novembre, trois jour après le « vendredi noir ». Comme toujours, le caractère périssable du slogan prend le pas sur la profondeur des grandes visions. Comme à l’accoutumée, l’intervention élyséenne fleurait bon son improvisation de communicant.

Néanmoins, cette « petite phrase », dont seul Hollande a le secret, en dit long sur l’impéritie structurelle de l’État. Disparu des écrans radar, le chômage. Exeunt les inopérantes incantations sur l’inversion d’icelui. Gommée, la croissance. Nous voilà subitement redescendus sur la terre ferme, en un atterrissage douloureux. Tragique même.

Et la prévisible « Voix de son maître » médiatique de dérouler la pelote des louanges à destination de l’ancien député de Corrèze, accidentellement devenu président de la République par anti-sarkozysme épidermique, qui, forcément, exploserait pour la seconde fois le baromètre sondagier. Le voici à nouveau pleinement Président, celui que l’on affublait, il y a encore moins d’une semaine, de sobriquets mortels du type « roi fainéant », « nain puissant » ou « nullissime boutonneux ».

Mais il y a plus. Contrairement à ce que l’ex-premier secrétaire du PS pouvait laisser croire, celui-ci s’avère, en réalité, d’une redoutable intelligence. Non pas, certes, de ces intelligences créatrices inspirées par une vaste culture, mais de celles, foncièrement utilitaires, traversées par des fulgurances rendant l’intéressé, sinon génial, à tout le moins redoutable.

Hollande, en préemptant la phraséologie sécuritaire sarko-lepéniste, scelle, en effet, cette artificielle « unité nationale », dont on a pu écrire, dans ces colonnes, qu’elle était un rideau de fumée, une duperie grotesque servant à occulter son évidente responsabilité politique. Simultanément, profitant de la sidération provoquée par les attentats, il se concilie, de à Jean-Luc Mélenchon, les faveurs d’une gauche qui n’en finissait plus d’ourdir contre lui.

Au-delà de cette écume, on peut s’interroger sur le cynisme d’une telle posture qui n’illusionne que les ingénus. Mithridatisant la droite, Hollande se garde de sa gauche en étouffant dans l’œuf toute velléité de contestation de son leadership.

Circonspect, le criminologue Xavier Raufer, après avoir souligné le surarmement de Daech, se demandait sur TV Libertés (14 novembre) : « L’ est une mercenaire [mais] au service de qui ? »

« Quand vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, même improbable, doit être la vérité » (Arthur Conan Doyle, Le Signe des quatre).

32 vues

19 novembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.