Comment ça va, ce matin, la CGT ?
 
Bien merci.
 
Et monsieur Martinez, ça va bien, il a pris son café, il est content de la tournure et de la douceur des choses ?
 
Ça va, merci.
 
Et les grèves, à la SNCF, les négociations, tout ça, le patron qui grognogne comme papa et l’État qui file un biffeton comme maman, ça roule ?
 
Si on peut dire, mais oui, tout baigne.
 
Avril n’a pas été très chaud, mai plutôt pluvieux, mais le printemps est au beau fixe pour la CGT. On pourrait dire : heureux comme la CGT en France. Ils sont douze pelés et six tondues à cotiser, mais des milliers de permanents incrustés partout où ça fait mal, où ils peuvent exercer un abus de pouvoir et sucer le fric des Français. Ils sont là, partie intégrante de notre paysage, depuis la nuit des temps politiques, depuis l’entre-deux-guerres.
 
Alors vous allez me dire, la France souffre, la mondialisation n’est pas heureuse, la loi Travail n’est ni faite ni à faire. Non ? Sans blague ! Merci du renseignement, et vous avez raison. Myriam est une grande courge, Valls a un grain, Hollande est une glande qui rime en “on”, inutile de préciser ce qu’est Macron, ils nous mènent dans le mur, Bruxelles est insupportable, le TAFTA n’est que le premier flux d’une cascade de merde, et alors ?
 
Alors la CGT n’est pas une réaction désagréable mais au fond légitime à tout cela, c’est l’instrument de tout cela. La CGT est cogérante déléguée aux affaires sociales de la révolution mondialiste en France. Avec Podemos en Espagne, SYRIZA en Grèce, Mélenchon à . C’est le change qu’on propose au peuple pour le détourner de la bonne piste, la question sociale posée façon marxiste pour faire oublier l’invasion des biens, services et personnes qui submerge l’Europe, laquelle n’est pas le simple effet d’un marché dieu mais le produit d’un plan de gouvernance globale.

Ce sont les mêmes idées, les mêmes méthodes, les mêmes meneurs qui régissent Nuit debout. Qui tapent les Veilleurs. Je ne sais plus qui a dit “La rue appartient à celui qui y descend”. Tant que les rues de France appartiendront tantôt aux prosternés qui affectent d’y prier, tantôt à Nuit debout qui y fait régner sa chienlit totalitaire, tantôt à la CGT qui bloque le travail, tant que les Français ou ce qu’il en reste demeureront parqués dans les stades de l’Euro, on continuera à couler.
 
Si vous voulez vivre encore demain, jeunes gens, balayez-moi cette canaille vivement.

À lire aussi

Emmanuel Macron veut réformer la loi de 1905 ? Les Frères musulmans n’attendent que ça !

Éviter la guerre entre la République et les musulmans de France est un bon objectif ; mont…