Affligeant, inquiétant, désespérant… on pourrait poursuivre encore pour qualifier cette qui a manifesté contre le projet El Khomri. Cette partie de la jeunesse défile et proteste pour protéger son avenir d’une prétendue « hyper- » comme nous l’avons entendu dans la bouche de certains incultes.

Voilà des jeunes en âge mais vieux en esprit. Parce qu’ils ne bénéficient pas encore des biens matériels acquis par leurs aînés, ils réclament par avance des droits acquis qu’ils n’ont pas encore et déplorent de devoir se creuser les neurones et se bouger pour construire leur vie d’adulte.

La « génération Erasmus », qui part faire ses études à Barcelone pour se confronter à ses homologues d’Europe et qui aspire à changer , à voyager, à vivre libre de toutes les contingences matérialistes de leurs parents, est-elle la même que celle qui réclame aujourd’hui d’obtenir un CDI dès son entrée sur le marché du travail avec un emploi à vie comme des fonctionnaires ? Ou alors la « génération Erasmus » est-elle aussi fictive que la génération Black-Blanc-Beur vendue par les mandarins du ?

En fait, ces autoproclamés porte-parole de la jeunesse qui grimpent aux échelles du pouvoir dans les antichambres du PS sans jamais s’être confrontés aux réalités professionnelles qu’ils dénoncent ne représentent qu’eux-mêmes et leurs réseaux universitaires de manipulation.

Au lieu de vivre avec enthousiasme et espoir cette magnifique période de la vie où l’on est pleinement acteur de son avenir, où l’on n’est plus un enfant sous tutelle mais pas encore un adulte portant tout le poids de ses responsabilités, ces jeunes sont déjà vieux dans leurs têtes ! Ils tiennent des propos de syndicaliste aigri de SUD-Rail, ils n’acceptent aucune incertitude, aucun aléa, aucun combat à mener pour devenir ce qu’ils désirent. Ils n’acceptent aucun risque alors que la vie est un risque permanent. Ont-ils seulement commencé à vivre leur vie ? Sont-ils seulement allés voir le dynamisme et l’engouement des jeunes Anglais, Canadiens, Américains, Hollandais ou Norvégiens ?

Combien sont ces vieux jeunes ? Quelques milliers de militants idéologiquement formatés pour combattre la et qui se retournent aujourd’hui contre leurs créateurs. Formés à l’agit-prop, ils noyautent les milieux lycéens et universitaires et, à grands coups d’arguments simplistes affligeants mais efficaces, ils entraînent des dizaines de milliers de jeunes lobotomisés par un système éducatif d’une médiocrité tout aussi affligeante qui n’a jamais éveillé en eux une vraie capacité de raisonnement critique.

À ces jeunes qui sont vieux avant l’heure, on devrait faire lire ce superbe texte du général MacArthur : « La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années : on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme. Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort. […] Si, un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard. »

13 mars 2016

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

GPA : après la décision de justice vient le temps de l’offensive médiatique

En l’espace de trois jours, les interviews de promoteurs de cette pratique se sont multipl…