Le passage des Républicains au Front national de Franck Allisio, ancien président des Jeunes Actifs, est une nouvelle claque pour le mouvement autoproclamé gaulliste. Claque sacrément douloureuse au point qu’un élu LR du XVe arrondissement de Paris a même appelé en termes émouvants, dans le Huffigton Post, son ancien compère à revenir à la “vieille maison des héritiers du gaullisme”. J’ai bien aimé cette formulation (qui est de Blum, du reste) car, finalement, qu’est-ce que le gaullisme, sinon une vieille maison ?

On le proclame à longueur de temps dans les et les discours politiques : la France a changé, le monde a changé, l’homme a changé, Sarkozy lui-même dit « J’ai changé ». Et pourtant, il y a toujours aujourd’hui des partis à droite, des organisations et même des syndicats étudiants qui se réclament du gaullisme. Du nom de celui-là même qui dirigeait une France qu’on dit morte. Curieux, non ?

Pire : à les entendre, il y a un parti gaulliste (Les Républicains, apparemment), une doxa gaulliste dont le FN serait exclu mais qu’il essaie de suivre, et des personnalité gaullistes… C’est donc une véritable doctrine qui nous est vendue, un corps de pensée cohérent, une communauté unie dans un même but.

Pourtant je défie quiconque de me dire ce qu’est le gaullisme.

Si le gaullisme est la promotion de l’indépendance nationale et une certaine politique de puissance, c’est très bien mais je vois pas en quoi c’est différent de Napoléon III, Louis XIV, Richelieu, Philippe le Bel… Si c’est la ruineuse ou la capitulation en Algérie devant un ennemi pourtant vaincu, autant se dire communiste. Bien sûr, de Gaulle a résisté à l’Allemagne, bien sûr il a favorisé la Communauté européenne et fait naître la Ve république, mais enfin, il est loin d’être le seul et c’est un peu court pour définir tout un programme politique. Je veux dire, le salut de la France en 2015 se trouve-t-il vraiment dans la défaite d’Hitler, la défense du parlementarisme rationalisé et le rapprochement avec la RFA ?

Outre que ça ne veut rien dire, il faut vraiment que le pays traverse un désert intellectuel pour que même la jeunesse se réfère encore à une prétendue doctrine dont les termes sont inconnus, déduite du comportement d’un homme qui a dirigé le pays pendant 11 ans, certes de très belle manière, mais sans faire non plus d’étincelles. Les républicains américains ne se réclament pas du « lincolnisme » et pourtant, lui au moins avait gagné sa guerre civile ; ni les démocrates d’un « rooseveltisme », ce serait ridicule. On peut les admirer et s’en inspirer, mais ils sont inscrits dans leurs époques respectives et ne sont pas transposables dans la nôtre.

Le pire est qu’en se référant constamment à une idéologie vide ou très incomplète, la droite-centre empêche, souvent à dessein, depuis cinquante ans, l’émergence en son sein d’une vraie pensée politique qui réponde aux problèmes de notre époque et, surtout, qui soit cohérente. “Pourquoi faites-vous cela ? Parce que c’est gaulliste ! Mais c’est quoi, le gaullisme ? C’est de faire ça !” Sarkozy a pu continuer à se prétendre gaulliste alors qu’il a réintégré l’OTAN, il fallait quand même le faire. C’est-à-dire qu’il a enfreint une des rares lignes politiques gaullistes qui serait toujours d’actualité.

S’inspirer des généraux du passé ne doit pas conduire à être en retard d’une guerre. À ceux qui veulent libérer la France, libérez-vous d’abord du gaullisme !

16 septembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.